La somnolence au volant bientôt décelée par un test salivaire

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 17 Février 2015 : 10h31
Mis à jour le Mardi 17 Février 2015 : 11h54

Sur autoroute, la somnolence au volant représente en France la première cause de mortalité. Un testsalivaire déterminant le niveau de fatigue est en cours d’expérimentation. À l’avenir, il pourrait équiper les voitures afin d’informer le conducteur sur son aptitude à conduire

© Istock

Un test salivaire d’auto-évaluation de la somnolence

Après les éthylotests et les tests de consommation de drogues, un nouveau test pourrait bientôt équiper les voitures : le test salivaire de fatigue. En effet, si la consommation d’alcool et de drogues est préjudiciable à la conduite, la somnolence représente depuis plusieurs années la première cause de mortalité sur autoroute : un accident sur trois est lié à la fatigue.

Afin de détecter le niveau de somnolence des conducteurs, les chercheurs du Centre du sommeil et de la vigilance ont mis au point un système mesurant des indicateurs physiologiques associés au degré de privation de sommeil. Ce test est actuellement en cours d’évaluation à l’Hôtel-Dieu à Paris auprès d’une cinquantaine de volontaires.

PUB

Un test d’auto-évaluation d’aptitude à conduire

Basé sur un échantillon de salive, il suffit d’humidifier l’extrémité d’une bandelette avec sa salive avant de lire une dizaine de minutes plus tard le résultat indiquant si oui ou non le conducteur est apte à prendre le volant d’un point de vue vigilance.

Ce test, s’il confirme ses promesses, pourrait aussi être utilisé par les forces de l’ordre dans un but répréhensif, c’est-à-dire pour verbaliser les conducteurs souffrant d’une somnolence trop importante…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 17 Février 2015 : 10h31
Mis à jour le Mardi 17 Février 2015 : 11h54
Source : Le Figaro, 15 février 2015.
PUB
PUB
A lire aussi
La salive en 5 questions/réponsesPublié le 15/10/2015 - 14h51

Notre bouche est le théâtre quotidien de phénomènes chimiques et biologiques multiples conditionnés par la salive, un suc sécrété par les glandes salivaires.  Son rôle physiologique essentiel au corps humain comporte dans le même temps un risque pour la santé puisqu’elle peut...

Travail de nuit et horaires variables : quels risques ?Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

Plus d'articles