Scotome

Il existe quatre types de scotomes, chacun pouvant toucher un seul œil ou les deux yeux à la fois.

Scotome central

  • Tache noire.
  • Perte de la vision au centre du champ visuel : seule la vision en périphérie de la tache est conservée.

Hémianopsie

  • Perte de la vision dans une moitié du champ visuel (côté gauche ou côté droit), ou dans un secteur moindre (partie supérieure ou inférieure) : la vision centrale est intacte.

Scotomes mobiles (corps flottants)

  • Petits points noirs.
  • Bougent à chaque mouvement des yeux ou de la tête (mouches volantes).
  • Touchent la majorité des personnes un jour ou l'autre.
  • Il s'agit en général d'un phénomène sans gravité et nullement inquiétant.

Scotome scintillant

  • Perception d'une tache lumineuse qui s'apparente à l'éblouissement provoqué par le flash d'un appareil photo.
  • Persiste pendant 20 à 40 minutes.
  • Peut arriver plusieurs fois par jour.
  • Peut être accompagné de maux de tête.

Scotome central

  • Dégénérescence maculaire.
    Il s'agit d'une maladie neurodégénérative de la partie centrale de la rétine qui touche principalement les personnes de plus de 60 ans et qui entraîne une perte progressive de la vision.
    Le phénomène peut aussi être la conséquence de l'hérédité, d'une mauvaise circulation sanguine dans la rétine ou d'une exposition excessive aux rayons solaires.
  • Atteinte subite du nerf optique.
    Cette anomalie est attribuable à une infection virale, à une maladie inflammatoire ou héréditaire, ou encore, à la sclérose en plaques.
    Elle frappe principalement vers la trentaine, ne touche qu'un œil et s'accompagne de douleurs.
  • Pression sur le chiasma optique.
    Les nerfs optiques se croisent derrière les yeux (on appelle cela le "chiasma optique"). Une lésion qui entraîne une pression sur le chiasma (comme un accident vasculaire cérébral, une hémorragie, une tumeur au cerveau ou une tumeur au chiasma lui-même) se traduit, entre autres, par un scotome central.
    Dans certains cas graves, la pression peut provoquer une perte complète de la vue.

Hémianopsie

  • Accident vasculaire cérébral.
    Dans un tel cas, les deux yeux sont atteints de façon symétrique.
    Le tabagisme, le diabète, l'hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé et des antécédents personnels ou familiaux de maladie cardiaque ou vasculaire constituent des facteurs de risque d'accident vasculaire cérébral.
  • Accident vasculaire du nerf optique ou de la rétine (thrombose de l'œil).
    Dans ce cas, l'atteinte périphérique ne touche qu'un œil.

Scotomes mobiles (corps flottants)

  • Décollement du vitré (masse gélatineuse à l'intérieur de l'œil) secondaire au vieillissement, à une forte myopie, à une intervention chirurgicale au niveau des yeux (opération de la cataracte par exemple), à un traumatisme à la tête ou à des antécédents familiaux de maladie de la rétine.
  • Hémorragie interne de l'œil secondaire au diabète (rétinopathie diabétique), à un traumatisme à la tête ou à une hypertension artérielle.

Scotome scintillant

  • Migraine (chez les moins de 60 ans).
  • Mauvaise circulation cérébrale (ischémie cérébrale transitoire).
    Cette anomalie touche les personnes de plus de 60 ans et est attribuable au diabète, à l'hypertension artérielle ou à un taux de cholestérol élevé.
  • Décollement du vitré.
    Dans ce cas, les flashs lumineux ne durent qu'une fraction de seconde.
  • Demander un bilan médical.
    Si vous avez plus de 40 ans, vous devez faire un bilan médical une fois par an afin de vous assurer que toute affection vasculaire ou cardiaque, qui est souvent à l'origine de troubles de la vision, est bien maîtrisée.
  • Maîtriser son diabète.
    Si vous souffrez de diabète, vous devez faire faire un examen ophtalmologique une fois par an afin de dépister précocement une rétinopathie diabétique (atteinte de la rétine due au diabète) pouvant se manifester par l'apparition de scotomes mobiles.
  • Porter des verres teintés.
    Les rayons ultraviolets émis par le soleil endommagent la rétine et peuvent entraîner à la longue une dégénérescence maculaire.
    Les lunettes de soleil réduisent l'éblouissement, accentuent les contrastes et protègent la vision.
  • Utiliser des verres grossissants.
    Il est possible de pallier la perte progressive de la vision causée par la dégénérescence maculaire en utilisant des verres grossissants permettant de voir les détails.
  • Consommer des antioxydants.
    Prenez l'habitude de manger des fruits, des légumes et des aliments riches en antioxydants, c'est-à-dire en zinc, en vitamines C, E et A ainsi qu'en bêtacarotène, ou d'ajouter des suppléments d'antioxydants à votre alimentation.
    Ils peuvent contrer certains effets du vieillissement de la rétine.
  • Ne pas fumer.
    Le tabac est à éviter, car il constitue un élément déclencheur de nombreuses affections entraînant une perte de la vision à la suite d'une thrombose de l'œil ou du cerveau. De fait, la nicotine provoque une constriction des vaisseaux sanguins et, de plus, elle favorise le dépôt de cholestérol dans les artères.
  • Vous avez subi un traumatisme à la tête ou aux yeux et vous voyez des points noirs persistants.
    Consultez immédiatement un médecin, car il peut s'agir d'une atteinte de la rétine.
  • Vous êtes diabétique et votre vision est brusquement gênée par l'apparition de petits points noirs.
    Consultez votre ophtalmologiste car il pourrait s'agir d'une hémorragie interne de l'œil.
  • Vous voyez des éclairs lumineux qui durent de quelques secondes à quelques heures.
  • Vous voyez des points noirs mobiles.

Le médecin procédera à un examen ophtalmologique standard : vérification de l'acuité visuelle, aspect externe de l'œil et, à l'aide d'une lampe à fentes, de l'intérieur de l'œil.

Il évaluera la vision du patient en le faisant lire et reconnaître des lettres de l'alphabet.

L'utilisation de lumières et d'écrans, fixes ou mobiles, permettra d'identifier le secteur du champ visuel atteint ainsi que le type de scotomes.

L'angiographie (rayons X avec un colorant de contraste) est parfois utilisée pour vérifier la région atteinte.

Le médecin devra, dans de nombreux cas, procéder à une dilatation des pupilles afin d'examiner la rétine et le nerf optique. Les gouttes utilisées pour dilater les pupilles rendent la vision trouble pendant quatre ou cinq heures et les yeux sensibles à la lumière. Il est donc préférable de se faire accompagner lors de l'examen, la conduite automobile n'étant pas recommandée, et de se munir de verres fumés pour se protéger les yeux.

Scotome central

  • Dégénérescence maculaire.
    Il n'existe aucun traitement spécifique.
    Toutefois, dans certains cas, on aura recours à la chirurgie au laser ou à d'autres techniques pour stabiliser cette maladie. 
  • Atteinte du nerf optique.
    Des analgésiques seront prescrits.
    La récupération se fait spontanément sans traitement et elle n'entraîne aucune séquelle permanente.
    Dans les rares cas où les deux yeux sont touchés, le médecin pourra prescrire un traitement par la cortisone.
  • Pression sur le chiasma optique.
    Le traitement de la cause (accident vasculaire cérébral, hémorragie, tumeur) sera immédiatement entrepris et, généralement, il fera disparaître le scotome central. Cependant, si la pression a été grave au point de faire perdre la vue au patient, il n'y a pas de récupération possible.
  • Hémianopsie.
    Accident vasculaire cérébral ou atteinte du nerf optique.
    On prescrit de l'aspirine ou un médicament antiplaquettaire pour empêcher la formation de caillots sanguins.
    Des traitements médicamenteux spécifiques y seront associés selon le cas. La récupération dépendra du degré de l'atteinte.

Scotomes mobiles (corps flottants)

  • Décollement du vitré.
    Il n'existe aucun traitement spécifique, quelle qu'en soit l'origine.
    La personne doit donc s'habituer à vivre avec ces petits points noirs.
  • Hémorragie interne de l'œil secondaire au diabète (rétinopathie diabétique).
    Le médecin pourra recourir au traitement chirurgical (vitrectomie) pour retirer et remplacer le vitré opacifié par l'hémorragie, ou au laser pour détruire les vaisseaux qui en sont responsables.
    Habituellement, la vision redevient normale
    .
    Par ailleurs, comme le vitré et la rétine sont collés l'un sur l'autre, du sang peut se glisser entre les deux et provoquer un décollement.
    Si le décollement du vitré a entraîné une déchirure de la rétine, on pourra faire un traitement au laser pour la réparer.
    La plupart du temps, il y a un retour normal de la vision.
    S'il y a eu décollement du vitré, il n'y a aucun traitement possible.

Scotome scintillant

  • Migraine.
    Le traitement est individualisé selon ce qui est convenu avec le médecin traitant.
    S'il n'y a plus de migraine, il n'y aura plus de scotomes.
  • Mauvaise circulation cérébrale (ischémie cérébrale transitoire).
    Le traitement classique consiste essentiellement à prescrire de l'aspirine enrobée (pour éviter les problèmes d'estomac) pendant une période prolongée.
    La récupération dépendra du degré de l'atteinte.
    Dans ce cas aussi, s'il y a eu décollement du vitré, aucun traitement n'est possible.
publié initialement le 31/05/2001 - 02h00 et mise à jour par Dr Philippe Presles le 04/02/2013 - 16h03

Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Capital vue en danger Mis à jour le 06/08/2003 - 02h00

Une étude menée pendant 8 ans auprès de 40 guides de haute montagne démontre la nocivité de la lumière intense sur la rétine . Paradoxalement, l' oeil est l'organe qui vieillit le plus rapidement et que l'on protège le moins.

Plus d'articles