La santé des Français passée au scanner

Publié par Hopital.fr le Lundi 11 Février 2008 : 01h00
-A +A
Le ministère de la Santé publie un rapport sur l'état de santé de la population en 2007. Si la situation apparaît globalement favorable et a même tendance à s'améliorer, des disparités persistent et plusieurs indicateurs restent préoccupants.

Après une première édition l'an dernier, le document publié par le ministère apporte une vision d'ensemble de l'état de santé de la population en 2007, à travers l'examen d'une batterie d'indicateurs. Premier critère étudié : l'espérance de vie.Plus élevée que dans d'autres pays comparables - particulièrement pour les femmes - l'espérance de vie à la naissance (84 ans pour les femmes et 77,1 ans pour les hommes) continue de progresser. En dix ans, les hommes ont gagné 3,1 ans et les femmes 2,1 ans d'espérance de vie, surtout grâce à l'allongement de la durée de la vie aux âges élevés. Par ailleurs, le taux de mortalité global (8,4 pour 1.000) reste l'un des plus faibles d'Europe. Même tendance pour la mortalité infantile. Avec un taux de 3,7 pour 1.000 (en baisse de 23% en 10 ans !), elle demeure l'une des plus faibles du monde, même si certains pays d'Europe font encore mieux en ce domaine.

Favorable pour les maladies cardiovasculaires, la position de la France l'est en revanche beaucoup moins en matière de mortalité "évitable", liée en particulier aux cancers et aux pathologies provoquées par le tabac et l'alcool, ainsi qu'aux suicides et aux accidents de transports. Ainsi, les seuls décès imputables aux cancers du poumon et des voies aérodigestives sont à l'origine de plus de 30% de la mortalité avant 65 ans (52% chez les hommes). Le développement du tabagisme féminin se traduit, quant à lui, par un accroissement du taux de décès par cancer du poumon en particulier chez les femmes de moins de 65 ans (+100 % entre 1990 et 2004). Autre tendance : le développement du surpoids et de l'obésité. Cette dernière concerne 11% de la population adulte et la surcharge pondérale touche entre 14 à 20% des enfants, dont 4% seraient obèses.

Autre critère étudié : les maladies infectieuses. Elles sont toujours responsables d'une grande partie de la morbidité et le développement des résistances bactériennes aux antibiotiques reste préoccupant, estime le rapport.Il en va de même pour les maladies chroniques. A eux seuls, les cancers représentent la première cause de décès pour l'ensemble de la population, devant les maladies cardiovasculaires. La prévalence du diabète augmente - en raison notamment de mauvais comportements alimentaires et de la sédentarité - et les accidents vasculaires cérébraux ont entraîné près de 100.500 séjours hospitaliers et sont la cause initiale de 33.487 décès, soit 7% du total.Au-delà de ces résultats d'ensemble, l'étude du ministère de la Santé met également l'accent sur l'existence de disparités sensibles selon le sexe, la catégorie sociale ou le territoire. Plus de renseignements : www.sante.gouv.frwww.hopital.fr

Publié par Hopital.fr le Lundi 11 Février 2008 : 01h00
A lire aussi
Les Français vont bien, mais ne se surveillent pas assez Publié le 28/09/2009 - 00h00

Les Francais affichent un état de santé plutôt bon, mais avec un bémol important : la mortalité "évitable" des moins de 65 ans reste l'une des plus élevée de l'Union européenne. Les disparités d'espérance de vie demeurent entre hommes et femmes, mais aussi entre groupes sociaux et...

Cancer : première cause de décès en France Publié le 24/09/2007 - 00h00

Les maladies cardiovasculaires ne sont plus la première cause de décès en France. Le cancer vient de passer en tête. Mais bonne nouvelle, nous vivons plus vieux car la mortalité toutes causes confondues a diminué de 35% en vingt-cinq ans !

Les Français se portent bien Publié le 18/02/2002 - 00h00

La santé des Français est bonne bien que des inégalités persistent. Ce sont les conclusions du rapport du Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) parues au début du mois de février 2002....

Les décès en France ont diminué de 14 % entre 2000 et 2008 Publié le 18/07/2011 - 08h26

Selon le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l’Inserm, la mortalité a diminué de 14 % entre 2000 et 2008. Les cancers sont toujours la première cause de décès tous âges confondus devant les maladies cardiovasculaires et les accidents.

Plus d'articles