Reflux gastro-œsophagien : les points sur les « I »

Reflux gastro-œsophagien : les points sur les « I »

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Lundi 27 Mars 2017 : 10h47
Mis à jour le Lundi 27 Mars 2017 : 10h49

10 % au moins de la population souffre très régulièrement de reflux gastro-œsophagien (RGO). A cause d’un dysfonctionnement de la partie inférieure de l’œsophage, le suc gastrique très acide s’échappe de l’estomac et remonte le conduit œsophagien. Avec à la clé, brûlures d’estomac (pyrosis), douleurs thoraciques, inflammation des muqueuses (œsophagite) voire cancer de l’œsophage. Le Pr Frank Zerbib, service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive (CHU de Bordeaux) rétablit quelques vérités sur le RGO.

© Istock

Le rôle du RGO est surestimé dans les manifestations ORL ou respiratoires

Les symptômes ORL (oto-rhino-laryngologie) sont courants dans la population : raclement de gorge, enrouement, brûlures de gorge, sensation de corps étranger, écoulements postérieurs etc…Ils sont parfois le signe de maladies graves comme des cancers. En l’absence de lésion grave, d’exposition à des toxiques (tabac, alcool), d’infection (sinusite) ou d’allergie respiratoire, le reflux gastro-œsophagien est souvent incriminé. Ce peut être effectivement le cas, principalement en présence de brûlures d’estomac ou d’aigreurs témoignant d’un authentique RGO. Si ces signes sont absents, cette hypothèse est beaucoup plus discutable. Le traitement d’un éventuel RGO par IPP s’avère alors rarement efficace et les explorations plus sophistiquées telles que la pHmétrie (qui mesure les remontées acides à l’aide d’une petite sonde) sont le plus souvent négatives.

Le rôle du reflux dans ces symptômes ORL est largement surestimé, avec comme conséquence des traitements prolongés par IPP non justifiés. Reste que l’origine de ces symptômes n’est pas claire. Une hypothèse, non encore démontrée, serait une muqueuse pharyngée trop sensible à certaines particules comme celles retrouvées dans l’air de nos grandes villes.

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Lundi 27 Mars 2017 : 10h47
Mis à jour le Lundi 27 Mars 2017 : 10h49
Source : D’après un entretien avec le Pr Frank Zerbib, service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive (CHU de Bordeaux) 
A lire aussi
Reflux gastro-oesophagienPublié le 21/01/2002 - 00h00

Le reflux gastro-œsophagien est responsable de brûlures acides remontant en arrière du sternum. Il s'agit d'un symptôme banal mais qui peut devenir invalidant à la longue.

Plus d'articles