Reflux gastro-œsophagien : les points sur les « I »

Reflux gastro-œsophagien : les points sur les « I »

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Lundi 27 Mars 2017 : 10h47
Mis à jour le Lundi 27 Mars 2017 : 10h49

10 % au moins de la population souffre très régulièrement de reflux gastro-œsophagien (RGO). A cause d’un dysfonctionnement de la partie inférieure de l’œsophage, le suc gastrique très acide s’échappe de l’estomac et remonte le conduit œsophagien. Avec à la clé, brûlures d’estomac (pyrosis), douleurs thoraciques, inflammation des muqueuses (œsophagite) voire cancer de l’œsophage. Le Pr Frank Zerbib, service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive (CHU de Bordeaux) rétablit quelques vérités sur le RGO.

© Istock

Utilisés à bon escient, les médicaments IPP sont sûrs

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont des médicaments qui réduisent fortement la production d’acide par l’estomac. Ils ont révolutionné le traitement des maladies liées à cette acidité comme l’ulcère gastroduodénal et le RGO. Ils sont très bien tolérés et utilisés depuis trente ans dans tous les pays du monde. Au cours des dernières années, plusieurs effets secondaires ont été rapportés comme étant possiblement en rapport avec les IPP et leur effet sur la sécrétion acide : ostéoporose, problèmes cardio-vasculaires, insuffisance rénale, carences vitaminiques, risques accrus d’infections gastro-intestinales et pulmonaires.

Les données scientifiques sont contradictoires, à l’exception des infections intestinales où le risque est avéré, mais faible. Néanmoins, le bénéfice lié au traitement est très largement supérieur au risque éventuel, non démontré, qu’il pourrait faire courir.

La prudence d’utilisation des IPP s’impose chez les personnes fragiles, âgées ou hospitalisées. Mais même dans cette situation, en cas de nécessité (ulcère par exemple), les IPP peuvent être utilisés sans arrière-pensée.

Le problème est que beaucoup de patients prennent des IPP sans même savoir pourquoi…

Hernie hiatale et RGO ne sont pas synonymes

La hernie hiatale est une anomalie anatomique qui correspond au passage d’une partie de la portion haute de l’estomac dans le thorax, réalisant une sorte de « poche » dans laquelle l’acide produit par l’estomac est piégé. Il pourra ainsi remonter plus facilement vers l’œsophage, créant un reflux gastro-œsophagien. On peut avoir une hernie hiatale sans reflux et un reflux sans hernie hiatale.

Elle ne représente qu’un facteur aggravant ou favorisant le RGO ; sa présence n’est ni nécessaire ni suffisante pour avoir un reflux.

Lorsqu’une fibroscopie est effectuée, la présence d’une hernie hiatale peut être décelée. Mais sa présence varie parfois d’un examen à l’autre, ce qui intrigue beaucoup les patients. C’est normal : la hernie correspond à une mobilité anormale de la jonction entre l’estomac et l’œsophage et elle peut donc être intermittente. Elle est souvent totalement indépendante des symptômes de RGO.

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Lundi 27 Mars 2017 : 10h47
Mis à jour le Lundi 27 Mars 2017 : 10h49
Source : D’après un entretien avec le Pr Frank Zerbib, service d’Hépato-gastro-entérologie et oncologie digestive (CHU de Bordeaux) 
A lire aussi
Reflux gastro-oesophagienPublié le 21/01/2002 - 00h00

Le reflux gastro-œsophagien est responsable de brûlures acides remontant en arrière du sternum. Il s'agit d'un symptôme banal mais qui peut devenir invalidant à la longue.

Plus d'articles