Poisson

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 10 Juillet 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 14 Août 2007 : 02h00
-A +A
De mer ou d'eau douce, le poisson jouit, à juste titre, d'une excellente réputation diététique, régulièrement confirmée par des études scientifiques.

Sauf sur les lieux de pêche, le poisson fut longtemps un produit rare et cher. Grâce à l'Église catholique cet animal marin, emblème symbolique des chrétiens, fut pendant longtemps une nourriture réservée aux moments de mortification et de privation, carême et vendredi. On en a conservé des rayons de poissonnerie toujours mieux garnis ce jour-là. Industrialisation de la pêche, développement des transports, des moyens de conservation et de l'aquaculture, désamour de la viande, tout cela a augmenté la consommation de poisson. Néanmoins, elle reste faible par rapport à d'autres pays : 29 kg en moyenne par an et par habitant contre 72 kg au Japon. Le choix ne manque pourtant pas. Le poisson frais se trouve dans les poissonneries traditionnelles et dans celles de la grande distribution, de plus en plus nombreuses. Le poisson surgelé est d'un emploi souvent plus pratique que le frais. Les poissons en conserve et en semi-conserves sont légion. Les poissons fumés (et surtout le saumon) sont devenus des produits courants. Enfin les poissons salés (et surtout la morue) se trouvent partout ou presque.

De mer et d'eau douce

Il existe plus de 30 000 espèces de poissons vivant dans les mers, les fleuves et les rivières, mais 75 à 80 d'entre elles seulement sont habituellement consommées. On distingue deux grandes catégories, en fonction de leur squelette :

  • poissons cartilagineux : lotte (ou baudroie), requins, roussette, raie. Ils n'ont pas d'arêtes mais des lames cartilagineuses.
  • poissons osseux : tous les autres. L'arête centrale constitue sa colonne vertébrale.

Poissons d'eau douce

Les poissons d'eau douce sont les moins nombreux. Alose, anguille, brochet, carpe, omble, perche, sandre, saumon) et truite sont ceux que l'on pêche dans les lacs et les cours d'eau. Certains d'entre eux (anguille, saumon) vivent en partie dans la mer.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 10 Juillet 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 14 Août 2007 : 02h00
A lire aussi
Quels poissons faut-il manger ? Publié le 02/02/2009 - 00h00

Riches en oméga-3, intéressants pour leur apport en vitamine D, les poissons sont aussi porteurs de contaminants. On peut également se demander, en cas de régime, s'il n'est pas plutôt préférable de consommer les poissons les moins gras ? Réponses à toutes ces questions.

Oméga-3 : comment reconnaître les poissons gras ? Publié le 18/06/2007 - 00h00

En réponse à vos messages de forums, voici des conseils en matière d'alimentation. Les recommandations santé sont très claires, il faut manger du poisson au minimum deux fois par semaine. Pourquoi ? Parce qu'ils représentent une excellente source d'oméga-3, des acides gras polyinsaturés...

Manger du poisson sans risque : les recommandations Publié le 05/07/2013 - 13h08

Le poisson étant un aliment très intéressant pour ses qualités nutritionnelles, il est recommandé d’en consommer deux à trois fois par semaine. Mais les bénéfices nutritionnels du poisson sont à mettre en balance avec les risques dans la mesure où ils sont susceptibles d’être...

Truite Publié le 10/08/2007 - 00h00

Il existe différentes variétés de truites. Toutes appartiennent à la famille des salmonidés, la même que celle des saumons.

Plus d'articles