Ménopause : comment bien se soigner pour rester jeune longtemps ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 29 Avril 2013 : 11h20
Mis à jour le Lundi 29 Avril 2013 : 22h42

À 50 ans on est encore jeune. Avec l’arrivée de la ménopause, cela vaut le coup de faire le point pour s’informer sur les démarches de prévention à entreprendre et sur les traitements à envisager. Ce point est d’autant plus nécessaire que les traitements hormonaux de la ménopause ont été réhabilités pour leur efficacité. L’objectif est de rester jeune et en forme encore très longtemps.

© Istock
PUB

Les dépistages sont efficaces

Quand on regarde les femmes de 50 ans aujourd’hui on se dit que l’âge les a ménagées et qu’elles sont en pleine forme. Merci à la médecine et à notre style de vie qui nous pousse à s’occuper un peu de nous. La grande nouvelle est qu’à partir de 50 ans la médecine peut encore davantage, à condition de se prendre un peu en main.

La première bonne nouvelle est que les dépistages sont très efficaces pour éviter les maladies les plus graves. N’attendez surtout pas d’avoir des symptômes pour vous décider à consulter. L’idéal est de faire un point tous les ans avec votre médecin traitant pour décider du bilan à faire. Celui-ci comprendra notamment :

  • Une mesure de la tension artérielle ;
  • Une analyse de sang (glycémie, lipides, formule sanguine, fonctions hépatiques et rénales, etc.) ;
  • Une mammographie tous les deux ans (seins) ;
  • Un test Hémoccult à la recherche de sang dans les selles tous les deux ans (côlon) ;
  • Un frottis du col de l’utérus tous les deux ans ;
  • Une visite chez le chirurgien dentiste ;
  • Et si vous fumez, un scanner pulmonaire et un frottis vésical le cas échéant.
PUB

Votre organisme récupère très vite

La deuxième bonne nouvelle est que tout ce que vous ferez de bon pour votre santé sera très profitable. Votre organisme est très jeune et il récupère très vite. Et puis vous avez le droit de vous occuper de vous ! Vous pouvez ainsi :

  • Vous remettre au sport ;
  • Manger et cuisiner davantage de fruits et légumes, de poissons, etc. ;
  • Limiter l’alcool, surtout si vous êtes régulièrement invitée à des cocktails ;
  • Arrêter de fumer (on ne connaît pas mieux pour la jeunesse de la peau) ;
  • Et pourquoi pas essayer le yoga, le Tai Chi ou la méditation en pleine conscience.
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 29 Avril 2013 : 11h20
Mis à jour le Lundi 29 Avril 2013 : 22h42
PUB
PUB
A lire aussi
2012 : le traitement hormonal de la ménopause (THM) n’est plus cancérigène…Publié le 05/11/2012 - 07h04

Juillet 2002, les résultats de l’étude WHI (Women’s health initiative) tombent : les traitements hormonaux de la ménopause (THM) augmenteraient aussi le risque de faire un cancer du sein, de l’utérus et ils augmenteraient le risque de faire un infarctus du myocarde ou une attaquecérébrale ! La plupart des femmes arrêtèrent leur THM et des recommandations furent publiées pour celles qui ne pouvaient pas s’en passer à cause de l’intensité de leurs symptômes (bouffées de chaleur, etc.).Octobre 2012 : deux nouvelles études réhabilitent les THM qui ne...

MénopausePublié le 06/09/2001 - 00h00

La ménopause se définit comme la fin de la fonction ovarienne et se traduit par l'arrêt des menstruations.Cela signifie que la phase féconde de la vie est arrivée à son terme.Ce n'est pas une maladie : c'est un phénomène physiologique normal pour toutes les femmes.Si elle survient...

INTERVIEW : Le point sur le traitement de la ménopausePublié le 14/10/2002 - 00h00

Quelques semaines après la publication de plusieurs travaux révolutionnant en quelque sorte nos acquis et nos croyances autour du Traitement Hormonal Substitutif de la ménopause, nous nous sommes adressés au Pr Philippe Chanson afin d'avoir enfin les idées plus claires sur ce sujet.

Ménopause : le THS augmente le risque de cancer de l’ovairePublié le 17/02/2015 - 10h22

Le traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS) est à nouveau accusé de bien des maux. Il s’agit cette fois d’une augmentation du risque de cancer de l’ovaire chez les femmes ménopausées suivant ce type de traitement. Sachant que cette tumeur est rare, la démonstration n’a pas...

Plus d'articles