Julie Gayet et Imany, deux femmes engagées contre l’endométriose

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 26 Février 2016 : 18h49
Mis à jour le Lundi 29 Février 2016 : 15h40

L’endométriose est une maladie fréquente qui touche une à deux femmes sur dix. Pourtant, elle reste particulièrement méconnue et taboue. La chanteuse Imany et l’actrice Julie Gayet se sont engagées aux cotés de l’Association ENDOmind pour donner davantage de visibilité à cette affection gynécologique et ainsi améliorer la prise en charge des femmes concernées.

L’endométriose, une maladie douloureuse et taboue

Avec le slogan choisi par l’organisatrice de cette campagne, la gynécologue Chrysoula Zacharopoulou, « Les règles, c’est naturel, pas la douleur », l’objectif est de briser le tabou qui entoure l’endométriose. Cette maladie gynécologique est liée à la formation anormale de tissus à l’extérieur de l’utérus, lesquels saignent tous les mois avec l’arrivée des règles. Sauf que le sang ne pouvant s’évacuer, il génère des douleurs intenses dans le bas ventre. Cette maladie a aussi pour conséquence de compromettre la fertilité (le cas de 30 à 40% des femmes atteintes d’endométriose). Autrement dit, le signal d’alerte est la survenue mensuelle de règles particulièrement douloureuses. Or de nombreuses femmes et jeunes filles considèrent à tort que la douleur pendant les règles est un phénomène normal qu’il faut supporter. Ne plus subir mais consulter est le message à faire passer à toutes ces femmes.

PUB

Améliorer le diagnostic de l’endométriose et développer les traitements

La campagne débutera le 8 mars lors de la journée mondiale des droits des femmes avec un concert l’Imany. Les fonds seront reversés à l'Association Endomind qui les investira notamment dans des interventions dans les lycées visant à sensibiliser les jeunes filles sur les règles anormalement douloureuses et sur les conséquences de l’endométriose. Ces fonds serviront également à mener d’autres actions visant à encourager le développent de traitements et à améliorer le disnostic. Cette maladie strictement féminine, taboue, invisible et non mortelle, est à l’origine d’une souffrance silencieuse, d’arrêts de travail récurrents, de couples brisés et de femmes sans enfant.

A lire : le texte de la chanteuse Imany, http://www.endomind.fr/#!imany-ambassadrice-dendomind/c95p.

Pour en savoir plus : http://www.endomind.fr

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 26 Février 2016 : 18h49
Mis à jour le Lundi 29 Février 2016 : 15h40
Source : ENDOmind, http://www.endomind.fr

A lire aussi
Endométriose : souffrir pendant les règles n’est pas normal Publié le 30/06/2016 - 10h00

Une Française sur dix est atteinte d’endométriose et souffre chaque mois à l’approche des règles. Autant les menstruations sont entièrement naturelles, autant la douleur qui les accompagne ne l’est pas. Pour informer les jeunes filles sur cette maladie et briser les tabous qui entourent...

Reconnaître l'endométriosePublié le 06/04/2010 - 00h00

Le diagnostic se fait souvent cinq ans après le début de la maladie. L'endométriose reste souvent ignorée ou sous-estimée. Pourtant une prise une charge médicale et chirurgicale peut venir à bout des douleurs et mettre l'endométriose en veilleuse...

L'endométriose : maladie de femmes, maladie délaisséePublié le 17/11/2004 - 00h00

On parle très peu de l'endométriose. Pourtant, cette maladie touche 6% des femmes ! Il est temps d'améliorer la prise en charge et le diagnostic de cette affection gynécologique, qui à un stade sévère peut se révéler handicapante dans la vie quotidienne, lorsqu'elle ne provoque pas des...

Plus d'articles