Interview : L'hospitalisation psychiatrique est malade

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 22 Juillet 2002 : 02h00
-A +A
Les grands malades psychiatriques sont de plus en plus mal pris en charge en France, faute de structures adaptées. La situation se dégrade selon le Dr Patrick Lemoine (Centre Hospitalier Spécialisé du Vinatier à Bron - 69).

e-sante : La prise en charge des patients psychiatriques semble se dégrader en France, faute de lits spécialisés. Confirmez-vous ce constat ?

Dr Patrick Lemoine : Le dossier de l'hospitalisation psychiatrique en France a été géré selon une logique comptable, du même type que celle qui a prévalu dans celui du sang contaminé. Il s'agissait, pour des raisons budgétaires, de parvenir à un nombre de lits dit en " flux tendu ", selon un modèle de raisonnement industriel. L'objectif a été atteint au-delà de toute espérance. Pour ce faire, il a été procédé à une réduction des capacités d'hospitalisation en fonction des décisions des services des tutelles qui, de fait, ne sont apparemment pas tout le temps sur le terrain. L'alibi a été de les remplacer " à moyens constants " par des structures alternatives à l'hospitalisation reprenant le vieux rêve antipsychiatrique : " la maladie n'est que le symptôme d'une société malade... soignons la société, rendons-la tolérante aux fous et leur nombre chutera ". Cela témoigne d'une méconnaissance complète de la réalité de la maladie mentale et de son cortège de souffrance. Résultat : un patient a moins d'une chance sur deux d'atterrir dans son secteur naturel en cas d'hospitalisation. Par exemple, récemment, un patient de Valence nécessitait d'être placé en chambre d'isolement. Il était en Hospitalisation d'Office. Faute de lits en Rhône-Alpes, il a dû être transféré à Dijon ! Et l'on pourrait multiplier les exemples. Chaque week-end est devenu un casse-tête pour les services d'urgence, mais nos directeurs peuvent se prévaloir d'un coefficient de remplissage avoisinant les 90%, ce qui est bon pour l'image des établissements et (accessoirement) pour leur carrière.

e-sante : Aux Etats-Unis la situation semble pire. Quelles sont les conséquences pour les patients ?

Dr Patrick Lemoine : Les Américains, comme toujours, nous devancent. Même dans ce domaine ! Les malades sont dans la rue et en prison. Certains sont condamnés et exécutés. La morbi-mortalité est effroyable. Les quelques lits d'hospitalisation sont assez souvent consternants : grands dortoirs, vétusté, etc.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 22 Juillet 2002 : 02h00
A lire aussi
Les malades psychiatriques, de très gros fumeurs Publié le 19/08/2002 - 00h00

Les malades psychiatriques fument davantage que la population générale. Le Dr Patrick Lemoine, chef de service au centre hospitalier spécialisé du Vinatier (Bron), psychiatre, nous explique pourquoi et comment éviter que ces patients ne se transforment en malades pulmonaires.

Interview : Doit-on réhabiliter les électrochocs ? Publié le 28/05/2003 - 00h00

Les psychiatres sont certainement très sensibles aux rumeurs et le « vol au-dessus du nid de coucou » n'a pas fini de faire des dégâts. Et même si les électrochocs sont revenus en force dans la dépression, le nombre de ses indications dans la psychose reste très bas, malgré un certain...

Les débuts de la médecine anti-âge Publié le 03/11/2005 - 00h00

La médecine anti-âge existe depuis peu. Son but est d'essayer de prévenir les effets de l'âge alors même que les gens sont encore en bonne santé. La correction des déficits en vitamines, oligoéléments et hormones est à la base de sa pratique. Les recherches sur la physiologie du...

Interview : Comment réussir une scène de ménage ? Publié le 08/07/2003 - 00h00

Dans son livre « le petit guide de la scène de ménage », le Dr Patrick Lemoine* nous explique qu'il est aujourd'hui nécessaire de gérer les scènes de ménage en instaurant « Le Permis de Conduire de la scène de Ménage ». Sous ce prétexte, il décrit avec beaucoup d'humour les...

Plus d'articles