Incontinence urinaire féminine

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 10 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 24 Mars 2011 : 14h34
-A +A

L'incontinence urinaire est la perte involontaire et intermittente des urines en dehors de l'émission normale contrôlée. C'est un phénomène assez courant, en tout cas beaucoup plus fréquent qu'on ne l'imagine car il est rarement avoué.

Incontinence urinaire féminine : Comprendre

On admet qu'une femme sur deux, environ, présente des pertes urinaires à un moment de sa vie.

Cette incontinence ne concerne pas uniquement les femmes âgées, certes plus nombreuses, mais également un grand nombre de jeunes femmes, notamment après un accouchement.

L'acceptation de ce phénomène est vécue différemment en fonction de la gêne qu'il procure et de l'âge des patientes. Certaines le vivent comme un phénomène naturel, surtout lorsqu'il est peu gênant.

D'autres, au contraire, gênées au point de se garnir en permanence depuis plusieurs années, le considèrent comme une tare presque honteuse. La plupart ignore que ce problème peut se traiter.

La vessie reçoit l'urine continuellement produite par les reins. Elle sert de réservoir afin que l'extériorisation de cette urine par l'urètre soit volontaire et peu fréquente. Ce sont les sphincters qui agissent comme des robinets et s'ouvrent pour laisser couler l'urine ou se ferment pour la retenir. C'est l'équilibre entre la vessie et les sphincters qui permet la continence.

Incontinence urinaire féminine : Causes

  • L'instabilité vésicale : la vessie est hypertonique, se contracte en permanence alors qu'elle n'est pas pleine. Ce type d'incontinence affecte plutôt des femmes jeunes, souvent un peu nerveuses et survient lorsqu'elles entendent couler l'eau du robinet. La fuite d'urines est le plus souvent précédée d'une impression de crampe vésicale. Parfois, à cette incontinence peut s'associer une hyper-réactivité vésicale se manifestant par un besoin urinaire impérieux d'aller uriner, sans perte réelle d'urines.
  • L'incontinence liée à l'effort : celle-ci survient lorsque les forces d'expulsion liées à une augmentation de la pression à l'intérieur du ventre sont plus fortes que les forces de retenue exercées par le sphincter. L'incontinence urinaire d'effort apparaît dans certaines circonstances comme un effort, une toux, un rire ou un changement de position. Dans près d'un tiers des cas, elle survient après le premier accouchement. Celui-ci, en effet, retentit sur les moyens de soutien de la vessie et favorise la descente de celle-ci, entraînant une rupture de l'équilibre vessie/sphincter. Cette incontinence, apparue juste après l'accouchement, peut disparaître au bout de quelques mois mais souvent, il persiste une certaine fragilité au niveau de l'appareil génital. Cette fragilité, qui sera révélée lors de la ménopause, fait perdre aux tissus musculaires leur élasticité et leur résistance.
  • L'incontinence mixte : il s'agit de l'association des deux types d'incontinence.

Guide: 

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 10 Avril 2002 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 24 Mars 2011 : 14h34
Source : guide familial des maladies publié sous la direction du dr andré h. dandavino - copyright rogers média, 2001
A lire aussi
Incontinence urinaire : les jeunes aussi ! Publié le 12/10/2001 - 00h00

Près de la moitié des femmes victimes d'incontinence urinaire a moins de 35 ans. Si on n'en parle pas, c'est que les femmes qui en souffrent n'en parlent pas elles-mêmes. De fait, il n'est pas facile d'expliquer, même à son entourage, que l'on souffre de fuites urinaires au moindre rire ou...

Problèmes urinaires du senior : "fichue prostate ?" Publié le 11/06/2002 - 00h00

Les problèmes urinaires, quand ils existent, conditionnent souvent l'avenir social et même l'autonomie du senior. Pourtant, considérer la prostate ou les outrages du temps comme seuls responsables est une solution de facilité. L'élimination urinaire n'est pas le simple résultat d'une vidange...

Plus d'articles