Fumeurs, vous pouvez échapper au cancer du poumon !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 08 Décembre 2004 : 01h00
-A +A
Le risque de cancer du poumon augmente fortement chez les fumeurs. Il augmente avec l'intensité du tabagisme, sa durée et l'âge. Une étude démontre clairement l'intérêt de passer un scanner des poumons chaque année. Autre constatation, le risque de cancer du poumon ne décline nettement qu'après vingt ans d'abstinence…

Les résultats de cette étude, présentés lors du congrès annuel des radiologues américains, ont été obtenus par des médecins new-yorkais, ayant suivi des fumeurs assignés à passer un scanner annuel des poumons.

Leur première conclusion est sans appel : le fait de réaliser un scanner (à faible dose de radiations) tous les ans, réduit significativement la mortalité par cancer du poumon. En effet, la répétition de cet examen permettant de dépister un nombre important de cancers à un stade précoce, les chances de guérison sont beaucoup plus élevées. Traité précocement, l'efficacité du traitement passe de 76 à 78%, contre 5 à 10% en moyenne pour un cancer dépisté à un stade plus avancé. Un retard diagnostique de six mois seulement suffit à la maladie pour s'aggraver et souvent à changer de stade de gravité.

Cette étude apporte bien d'autres informations. Par exemple, le risque de cancer du poumon ne décline fortement qu'après vingt ans d'abstinence tabagique, et ce, quels que soient l'âge du fumeur et la durée du tabagisme. Les auteurs précisent qu'il décroît lentement durant les dix premières années suivant l'arrêt du tabac, pour chuter de moitié lors du passage à la vingtième année.

Ensuite, les fumeurs de 50 à 74 ans sont deux fois plus touchés par le cancer du poumon que les moins de 50 ans : 15 cas de cancer pour 1.000, contre 6 chez les plus jeunes.

Et enfin, plus on fume, plus on risque gros. Dans la population étudiée, 28 fumeurs sur 1.000, de plus de trois paquets par jour pendant 20 ans, ont développé un cancer du poumon, contre 16 pour 1.000 chez ceux qui ont fumé durant moins de vingt ans. Pour des consommations moindres, un ou deux paquets par jour pendant 10 ou 15 ans, le risque varie peu : il est respectivement de 6 et 7 pour 1.000.

En conclusion, il faut retenir deux choses très importantes : 1) le risque élevé de cancer du poumon persiste très longtemps après l'arrêt du tabac,2) le dépistage précoce est salvateur.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 08 Décembre 2004 : 01h00
Source : Le Quotidien du médecin, 30 novembre 2003. Henschke C.I. et coll., Etude I-Elcap (International Early Lung Cancer Action Project).
A lire aussi
Survivre au cancer du poumon : la piste du scanner spiralé Publié le 16/01/2006 - 00h00

Pourquoi le cancer du poumon reste-t-il le plus meurtrier ? Face à l'impuissance des traitements, quels sont les moyens de diagnostic ? Une radiographie annuelle du thorax permet-elle un dépistage précoce ? Si oui, pourquoi le nombre de décès ne diminue-t-il pas ? Quelle est la place du scanner...

Plus d'articles