Fièvre

La température normale du corps fluctue au cours de la journée. Elle se situe en moyenne autour de 37°C si elle est prise par voie orale, et de 37,5°C si elle est prise par voie rectale.

Il ne faut pas confondre la fièvre avec l'hyperthermie. Celle-ci consiste également en une élévation de la température corporelle, mais elle est due à des facteurs extérieurs, tels que des activités physiques intenses ou une ambiance surchauffée.

La fièvre se manifeste comme suit :

  • température orale de 38°C et plus ;
  • température rectale de 38,5°C et plus ;
  • peut être accompagnée de frissons, de courbatures, d'une impression de grande fatigue ou d'un mauvais état général.
  • Infections causées par des virus, des bactéries, des champignons ou des parasites, responsables de plusieurs maladies (grippe, rhume, otite, pneumonie, bronchite, infection urinaire, infection du foie, gastroentérite, etc.). L'infection est la cause la plus fréquente de la fièvre.
  • Certains médicaments donnés à trop forte dose pour le patient (dont ceux pour la thyroïde et les excitants du système nerveux central) ou l'association de plusieurs médicaments.
  • Episodes aigus de maladies inflammatoires telles que l'arthrite et la maladie de Crohn.
  • Certains cancers peuvent se manifester par une fièvre persistante.
  • Drogues, comme l'ecstasy, la cocaïne et les amphétamines (speed).
  • Attendre.
    Comme la fièvre est un mécanisme de défense, il n'est pas nécessaire de la traiter si elle se situe entre 38°C et 39°C.
    On fait baisser la fièvre soit pour se sentir mieux, soit parce qu'elle dépasse les 39°C par voie orale ou 39,5°C par voie rectale.
  • Ne pas utiliser d'alcool à friction.
    Il est déconseillé d'utiliser ce produit pour frictionner quelqu'un, car il y a risque d'intoxication par les vapeurs d'alcool.
    En fait, durant un massage, la peau absorbe l'alcool. Ce traitement n'est d'ailleurs pas très efficace.
  • Bien choisir son thermomètre.
    L'idéal est le thermomètre à affichage électronique, buccal ou rectal.
    La température rectale est la plus fiable, surtout chez les enfants.
    Avec un thermomètre électronique, suivez le mode d'emploi.
  • Se reposer.
    Votre corps combat une agression.
    Il a besoin de forces et vous devez l'aider.
    Gardez le lit ou, du moins, réduisez vos activités.
  • Prendre des médicaments.
    Le paracétamol aide à faire baisser la fièvre.
    Des anti-inflammatoires peuvent aussi être utilisés chez l'adulte, mais avec précaution.
    Chez l'enfant, n'utilisez que du paracétamol.
  • Ne donnez jamais d'aspirine à un enfant.
    En effet, ce médicament peut provoquer le syndrome de Reye (une maladie très grave - avec atteintes neurologiques, rénales et hépatiques - qui touche surtout les enfants) en présence d'une infection virale. La varicelle est l'infection la plus "dangereuse" dans ce syndrome, mais les autres comportent certains risques. Comme ces infections peuvent se manifester par de la fièvre, il ne faut jamais donner d'aspirine. Le paracétamol est le seul médicament contre la fièvre et les douleurs qui est autorisé chez l'enfant.
  • Attention, les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), dont l'aspirine, sont contre-indiqués chez les femmes enceintes dès le début du 6e mois de grossesse.
  • S'hydrater.
    Il est important de boire très régulièrement pour ne pas se déshydrater.
    Buvez ce qui vous plaît : eau, jus de fruits ou de légumes, bouillons, boissons gazeuses, café, thé, tisane, etc.
    Les enfants adorent les jus de fruits. C'est un bon truc, s'ils refusent de boire.
  • Se rafraîchir.
    Un bain ou une douche froide, un ventilateur, des compresses humides froides ou même quelques minutes dans la piscine contribuent à réduire la température du corps.
    Les jeunes enfants supportent mal les bains froids. Préférez les bains à la température ambiante ou faites-leur des compresses tièdes que vous changerez régulièrement.
  • Éponger la sueur.
    L'évaporation peut aider à faire baisser la température interne du corps.
    Épongez le corps du malade à l'eau froide, surtout les régions qui dégagent le plus de chaleur (aisselles et aine).
  • Chercher le confort.
    La fièvre peut, tour à tour, vous faire frissonner ou vous donner très chaud.
    Dans tous les cas, il ne faut pas trop se couvrir pour permettre une diminution de la chaleur.
  • Manger à son rythme.
    Si vous vous hydratez bien, vous n'êtes pas obligé(e) de manger si vous n'en avez pas envie.
    Mais si vous avez faim, mangez légèrement et prenez plusieurs petites collations plutôt que trois gros repas.
  • Noter l'évolution de la température.
    Vous comptez aller consulter un médecin ? Préparez votre visite chez le médecin en prenant note de votre température, du moment de la prise de la température, de sa durée et des symptômes associés.  Cela aidera grandement le médecin à poser un bon diagnostic.
  • La personne atteinte est un bébé de moins de trois mois ou une personne âgée.
  • La température se maintient au-dessus de 39°C depuis plus de 48 heures, malgré la prise de médicaments.
  • La fièvre s'accompagne d'une raideur du cou et de maux de tête.
  • Vous constatez une détérioration de l'état général ou l'apparition d'autres symptômes, tels qu'une grande fatigue, de la torpeur, des vomissements, etc.
  • Vous souffrez d'une maladie cardiaque, de diabète ou de toute autre maladie chronique.

Le médecin procédera à un examen physique complet et notera les informations importantes afin de préciser l'origine de la fièvre.

Une formule sanguine, une analyse d'urine et d'autres examens peuvent s'avérer nécessaires.

Il arrive parfois que l'on doive hospitaliser le patient pour faire le bilan.

La fièvre est un symptôme ; elle signifie que l'organisme se défend contre une agression. Il faut donc rechercher et déterminer la cause de cette agression puis la traiter adéquatement.

Initialement publié le 31/05/2001 - 02h00 et mis à jour par Dr Philippe Presles le 11/06/2014 - 12h01

Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005. Ansm, « Rappel des règles de bon usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) », juillet 2013

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Déodorant mode d'emploi Publié le 18/03/2016 - 17h05

En spray, en stick ou bien sous forme de bille, en bio ou pas, les déodorants se multiplient, se mettent en quatre pour nous garder fraîches toute une journée. Comment choisir ?

Fièvre : que boire et que manger ? Mis à jour le 01/07/2015 - 15h00

Une saleté de virus vous a méchamment attaqué(e) et vous voilà cloué(e) au lit avec une fièvre de cheval. Vous n’avez qu’une envie : dormir. Pourtant votre corps a besoin d’être hydraté et nourri. Que boire et que manger ?

Piqûre de tique : attention à la piroplasmose ! Publié le 24/04/2014 - 13h04

Souvent mortelle en l'absence de traitement, la piroplasmose ou babésiose sévit dans le monde entier. Cette maladie ne pouvant être contractée qu'à la suite d'une morsure de tique, la lutte contre ces parasites est un excellent moyen de protéger votr...

Plus d'articles