Endométriose : souffrir pendant les règles n’est pas normal

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 30 Juin 2016 : 12h00
Mis à jour le Jeudi 30 Juin 2016 : 12h00

Une Française sur dix est atteinte d’endométriose et souffre chaque mois à l’approche des règles. Autant les menstruations sont entièrement naturelles, autant la douleur qui les accompagne ne l’est pas. Pour informer les jeunes filles sur cette maladie et briser les tabous qui entourent le cyclemenstruel et la douleur féminine, le Ministère de l’éducation nationale lance une campagne dans les écoles et les lycées.

Quand les règles font souffrir

Une convention vient d’être signée entre le Ministère de l'éducation nationale et l'association InfoEndométriose pour développer sur 5 ans des actions visant à informer sur cette maladie. En faisant connaitre cette pathologie, l’objectif est d’améliorer le dépistage et l’accès à une prise charge. A ce jour, le délai moyen pour porter le diagnostic est de 7 ans. Durant ces longues années, de nombreuses jeunesfemmessouffrent chaque mois (le plus souvent dès leurs premières règles ; et fréquemment pendantlesrapports sexuels), menant à un taux d’absentéisme scolaire important.

Si on réussissait à dépister précocement l’endométriose, on pourrait maitriser les symptômes et les conséquences sur la fertilité, parfois via une simple prescription d’un contraceptif hormonal.

PUB

Endométriose : quand l’endomètre est en situation anormale

L’endométriose suit les fluctuations hormonales. Cette maladie est liée au développement de muqueuse utérine (appelée endomètre) en dehors de l’utérus. Ces localisations anormales d’endomètre endommagent les tissus et organes, provoquant des lésions, des adhérences et des kystes sur les ovaires, susceptibles de mener à une infertilité. De plus, à chacune des règles, cette muqueuse saigne elle aussi, provoquant dans la majorité des cas des douleurs pelviennes intenses. De telles douleurs ne doivent pas être considérées comme « normales », mais amener à en parler à un médecin, lequel explorera l’éventualité d’une endométriose.

Concrètement, en collaboration avec cinq associations de patientes partenaires (EndoFrance, ENDOmind France, Ensemble Contre l’Endométriose, Mon Endométriose ma Souffrance, Karukera Endométriose) et les professionnels de santé, des affiches, des flyers et des brochures à destination des élèves seront diffusés dans les collèges et les lycées. Les personnels d’éducation nationale (infirmiers, enseignants) bénéficieront quant à eux de modules de formation.

Pour en avoir plus : http://info-endometriose.fr/

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 30 Juin 2016 : 12h00
Mis à jour le Jeudi 30 Juin 2016 : 12h00
A lire aussi
Reconnaître l'endométriosePublié le 06/04/2010 - 00h00

Le diagnostic se fait souvent cinq ans après le début de la maladie. L'endométriose reste souvent ignorée ou sous-estimée. Pourtant une prise une charge médicale et chirurgicale peut venir à bout des douleurs et mettre l'endométriose en veilleuse...

L’endométriose impose aussi de surveiller son cœur Publié le 06/04/2016 - 09h59

Une étude américaine confirme que les femmes souffrant d’une endométriose sont plus exposées que les autres aux maladies cardiovasculaires. Le risque d’infarctus et d’angine de poitrine est nettement plus élevé en cas d’endométriose et particulièrement chez les femmes les plus...

Endométriose : les traitements... et leur efficacité !Publié le 16/05/2018 - 15h13

De fortes douleurs, surtout pendant les règles. Voilà le symptôme le plus connu de l'endométriose. On devrait plutôt parler au pluriel de cette maladie, car chaque femme présente une forme spécifique. Et les traitements doivent s'y adapter. Explications.

Plus d'articles