Décès d’un animal de compagnie : un deuil à prendre au sérieux

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 24 Juin 2015 : 16h50
Mis à jour le Mercredi 24 Juin 2015 : 17h04
-A +A

Chiens et chats – et tous les autres, de la perruche au cheval, qui enrichissent la vie de leurs humains – ont une durée de vie bien inférieure à la nôtre. En recueillir un, c’est donc accepter qu’il faudra sans doute le perdre. Mais quand ce deuil d’un compagnon proche arrive, il n’est pas toujours facile à accepter…

Deuil d’un animal de compagnie : une perte parfois sévère

Pour 85% des propriétaires d’animaux, ceux-ci font aujourd’hui partie de la famille. Ils sont des partenaires de la vie sociale, et ont une place dans les fratries des ménages dans lesquels ils évoluent. Ils ont aussi, c’est maintenant prouvé, une influence positive sur la santé de ceux qui s’en occupent.

Rien d’étonnant, donc, si quand une telle présence s’efface après des années de vie commune, le deuil est difficile à vivre. Selon les études, entre 20% et 30% des propriétaires d’animaux de compagnie présentent des symptômes de deuil parfois sévère après le décès de leur compagnon. Les réactions très fortes, voire pathologiques, avec des stress post-traumatiques ou des deuils compliqués qui ont une conséquence lourde sur la vie du maître, sont rares mais pas inexistantes. 5 à 12% des maîtres ressentent une perturbation majeure, pathologique.

Qui est à risque quand un animal de compagnie meurt ?

Selon les situations, certains sont plus à risque de traverser une période très difficile après le deuil du compagnon. Évidemment , les personnes qui ont un lien très fort avec leur animal de compagnie souffriront plus de sa disparition. Les personnes âgées sont également plus vulnérables : les bienfaits que leur apportent les animaux de compagnie sont importants, et l’idée que le compagnon perdu sera le dernier est elle aussi douloureuse. Par ailleurs, il semble qu’avoir à faire euthanasier son animal entraîne un deuil plus douloureux. Le soutien dont la personne en deuil peut bénéficier, ainsi que les attitudes de la société concernant la perte d’un animal de compagnie, peuvent aussi jouer.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 24 Juin 2015 : 16h50
Mis à jour le Mercredi 24 Juin 2015 : 17h04
Source : Martine Golay Ramel, « Accompagner son animal vieillissant », éd. Jouvence.
Fernandez-Mehler, P. et al., Veterinary Record 2013;172:555 doi:10.1136/vr.101154
Adams, CL et al., J Am Vet Med Assoc. 2000 Nov 1;217(9):1303-9.
Adrian, JAL et al., Bulletin of the Menninger Clinic: Vol. 73, September, pp. 176-187.
doi: 10.1521/bumc.2009.73.3.176
A lire aussi
Quand nos bêtes nous quittent Publié le 11/12/2007 - 00h00

Ils ont une place à part entière dans notre cercle familial, ils font partie de notre quotidien et on les aime passionnément. Mais, chats ou chiens, ils vivent rarement plus de 14 à 18 ans et nous devons donc affronter leur disparition. Comment faire face à ce qui est un véritable deuil.

Ces animaux qui nous font du bien Publié le 20/12/2016 - 15h51

Aujourd’hui, en France 1,5 millions de personnes, dont de nombreux enfants souffrant de maladies neuromusculaires, ont de grandes difficultés d’autonomie. Plus de 2 millions de personnes déclarent une atteinte visuelle. Pour beaucoup d’entre elles la vie pourrait changer grâce à un chien...

Comment parler de la mort avec son enfant ? Publié le 07/01/2002 - 00h00

Autrefois, la mort faisait partie intégrante de la vie quotidienne de l'enfant : la proximité avec ses ascendants et le monde rural lui permettaient de mieux comprendre et d'accepter le cycle de la vie. Mais aujourd'hui, les tabous entourant la mort font que l'enfant en a souvent peur, d'autant...

Vivre sa séropositivité aujourd'hui Publié le 25/10/2013 - 14h27

Comment annoncer sa séropositivité à ses proches et en particulier à son partenaire ? Comment aimer, faire l’amour, fonder une famille sans craindre de transmettre le virus ? Bref peut-on vivre harmonieusement au quotidien avec le VIH ?

Plus d'articles