Comment savoir si on est nymphomane ?

Par méconnaissance et médisance, on dit souvent d’une femme qui enchaîne les relations sexuelles qu’elle est "nympho". Sous-entendu : "Elle aime faire l’amour, beaucoup et souvent". Mais quelle réalité se cache derrière ce terme souvent employé à tort et à travers ? Et quels signes montrent qu’une personne est vraiment atteinte de nymphomanie ?

© Adobe Stock
PUB

La nymphomanie : une maladie féminine

Issu du terme médical "nymphe" (les petites lèvres de la vulve) et du grec "mania" (la folie), la nymphomanie ne concerne que les femmes. Chez les hommes, le terme employé est satyriasis. "La nymphomanie, appelée désormais hypersexualité, est un dérèglement de l’appétit érotique chez la femme qui se traduit par une excitation pathologique", décrit Isabelle Braun-Lestrat, psychologue et sexologue clinicienne, vice-présidente du Syndicat national des sexologues cliniciens. Il s’agit donc d’une maladie qui peut entraîner souffrance, dépression et isolement.

PUB

Faire l’amour : une obsession de tous les instants

"Une femme qui a envie d’avoir trois relations sexuelles par jour, et ce, de manière récurrente, peut être nymphomane".  Car une personne atteinte de nymphomanie n’a qu’une obsession : assouvir ses besoins sexuels, que ce soit en faisant très régulièrement l’amour et/ou en changeant souvent de partenaires. "Il y a une grande différence entre cette névrose obsessionnelle et une envie fréquente de faire l’amour". Mais elle n’arrivera pas à être satisfaite et n’aura de cesse d’y penser, à l’instar des boulimiques qui ont des envies fréquentes et compulsives de nourriture.

Après l’amour : une tension sexuelle physique omniprésente

Après avoir fait l’amour, une femme qui a un appétit sexuel important se sent bien tandis qu’une véritable nymphomane n’arrive pas se sentir satisfaite d’un point de vue psychique comme physique. Une fois l’orgasme atteint, la tension sexuelle physique reste présente et pour combler cette frustration, la personne n’aura qu’une envie : recommencer. Car le plaisir ultime ne provoquera pas chez elle un sentiment de satisfaction ou de libération. Elle continuera à éprouver une réelle tension au niveau du sexe, qui se traduit par des secrétions vaginales importantes et des pulsions physiques.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
A lire aussi
Comment faire l’amour pendant les règlesPublié le 05/01/2018 - 13h56

Vous avez envie de faire l'amour malgré vos règles ? Rien ne vous y empêche à condition que vous soyez d'accord avec votre partenaire. Positions à privilégier, pratiques à tester, précautions pour éviter une IST... Voici les conseils d'Isabelle Braun-Lestrat, psychologue et sexologue...

5 excuses pour ne pas faire l’amour... à oublier !Publié le 01/12/2017 - 14h25

Entre le travail, les enfants, la maison... pas facile d'avoir une libido au top et d'être toujours disponible pour un rapprochement sous la couette ! Du coup, on multiplie les excuses pour "ne pas perdre de temps" à faire l'amour, mais plutôt dormir. Retour sur les principaux prétextes à...

Fellation : comment le faire succomber ?Publié le 01/01/2018 - 15h58

Pratique courante, la fellation est (très) appréciée par la grande majorité des hommes. Réalisée en guise de préliminaire ou comme plat principal, cette stimulation du pénis par la bouche et la langue peut nécessiter quelques ajustements pour être la plus orgasmique possible… Voici...

Sexologue : comment choisir le bon ? Publié le 26/08/2002 - 00h00

La formation de sexologue, en France n'est pas réglementée. N'importe qui peut donc se dire sexologue et s'installer pour exercer du jour au lendemain. Vous pouvez ainsi trouver des thérapeutes très sérieux, mais aussi des charlatans ! Alors, comment choisir ?

Plus d'articles