Violences sexuelles : mieux les dépister !

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Vendredi 09 Octobre 2015 : 09h26
Mis à jour le Samedi 10 Octobre 2015 : 14h18

Les violences sexuelles entrainent des conséquences psychiques mais aussi somatiques, beaucoup moins connues.

« Les violences sexuelles sont un crime », rappelle le Dr Violette Guérin, endocrinologue et gynécologue à Paris. Une femme sur quatre en est victime au cours de sa vie, un homme sur six, et des milliers d'enfants. 75% des agressions ont lieu dans le milieu familial. Un sujet dont on parle peu malgré la fréquence du phénomène : sur près de 11 000 viols survenus en 2010 chez des personnes de 18 à 75 ans, 20% seulement ont porté plainte.

L'amnésie post-traumatique

Pour survivre, beaucoup de victimes développent un mécanisme de défense appelé “amnésie post-traumatique”. « Il dure de quelques instants à plusieurs années, explique le Pr Louis Jehel, président de la société française de psychotraumatologie. Plus l'intensité de la réaction de stress est élevée, plus le processus de dissociation l'est aussi. La victime se dit “ce n'est pas vrai”, “ce n'est pas possible”. Elle préfère se dire que c'est un cauchemar pour se protéger de la réalité ». Sauf que ce qui ne s'exprime pas par la parole s'exprime dans le corps. L'imagerie médicale permet de voir que la persistance du stress altère le fonctionnement de l'hypocampe qui devient moins volumineux.

Diabète, hypertension, fibrome

Les victimes de violences sexuelles souffrent aussi souvent d'addictions à l'alcool et au cannabis, de douleurs chroniques diverses, de troubles fonctionnnels (il y a deux fois plus de syndromes de côlon irritable chez elles) et de lésions. Une étude de cohorte sur des infirmières américaines, dont 33% avaient subi des violences pendant l'enfance ou l'adolescence, révèle qu'elles déclenchent plus de diabète, d'hypertension et de fibromes utérins que celles qui n'ont pas été violées. Plus les violences sont graves et répétées, plus elles ont lieu pendant l'enfance et plus le risque augmente.

Une prise en charge précoce

Des indications à prendre en compte dans le cadre d'un meilleur dépistage. Pour l'heure, c'est loin d'être effectif: 75% des victimes de violences ont pris des anti-dépresseurs mais les médecins prescripteurs ne les ont pas repérées. « Il nous faut oser poser la question à nos patients : “avez-vous vécu des violences physiques, morales ou sexuelles”? suggère Violette Guérin. S'ils ne peuvent pas répondre tout de suite, ils sauront que nous pouvons accueillir leur parole". Une prise en charge précoce permet de s'en sortir plus vite. Le protocole doit être personnalisé (chaque personne n'a pas vécu la même chose), mais le soin passe obligatoirement par une reconfrontation au vécu de façon à mettre du sens sur chaque symptôme. "Une affection ORL récidivante peut être liée à unefellation imposée" signale le Dr Guérin.

Oui, on peut guérir

Souvent, la personne est polytraumatisée, mieux vaut donc que les professionnels travaillent en équipe. "Il faut rassurer la victime sur sa capacité à se reconstruire en faisant la chasse à sa culpabilité, généralement très forte, elle pense "c'est ma faute" et c'est ce qu'on lui renvoie parfois dans son entourage, indique Violette Guérin. Il faut aussi la prévenir des phases par lesquelles elle va passer. Il est légitime, par exemple, qu'elle ait des envies de meurtre envers son agresseur, à défaut, elle risque de retourner sa violence contre elle. Surtout, il est important de lui dire “oui, vous pouvez guérir”, il restera une cicatrice mais ce ne sera plus une plaie ouverte ».

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Vendredi 09 Octobre 2015 : 09h26
Mis à jour le Samedi 10 Octobre 2015 : 14h18
Source : Conséquences médicales des violences sexuelles : comment les dépister et les soigner ? Entretiens Bichat, 8 octobre 2015.
Intervention du Dr Violette Guérin, endocrinologue et gynécologue à Paris.
A lire aussi
Qui sont les agresseurs sexuels ?Publié le 03/06/2011 - 10h07

Il a agressé, violé une femme ? Mais c'est un malade ! Cette réaction est celle d'une personne saine dans ses pulsions sexuelles. Elle ne comprend pas et pense forcément que l'agresseur souffre d'une pathologie. Qu'en est-il vraiment ?

Qu'est-ce que l'état de stress post-traumatique ?Publié le 28/04/2008 - 00h00

Quand on vit un événement traumatisant, il peut laisser des cicatrices.La cicatrice minimale, c'est le souvenir de cet événement.La cicatrice la plus grave, c'est un état de stress qui peut empêcher de vivre normalement pendant toute une vie : l'état de stress post-traumatique.

Devoir conjugal ou viol conjugal ?Publié le 09/03/2009 - 00h00

Le devoir conjugal et la soumission féminine ont vécu. Depuis sa reconnaissance par une jurisprudence de la Cour de cassation en 1990, le viol entre époux est enfin reconnu et le consentement à la sexualité doit être exprimé. Ou le refus respecté... Les chiffres alarmants révélés par...

Plus d'articles