L’hypersexualité, reconnue comme un trouble mental

La 5e édition du DSM (pour Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), qui représente la bible dans le domaine des troubles mentaux, intégrera l’hypersexualité. Ce qui signifie concrètement que l’hypersexualité est reconnue comme un trouble mental à part entière, au même titre que le trouble autistique, la schizophrénie, les troubles paniques, la dépression, etc.

La 5e édition du DSM prévue en mai 2013 intégrera l’hypersexualité

Le DSM IV ou Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, a été publié en 1994 par la Psychiatric Association, puis régulièrement révisé. La prochaine édition de ce manuel, le DSM-V, est prévue pour le printemps prochain.

Dépendance au cybersexe, à la prostitution, aux sextoys, au voyeurisme, aux vidéos, magazines, images pornographiques, masturbations compulsives, etc., font partie des troubles définissant le syndrome d’hypersexualité.

5% de la population souffre d’hypersexualité

  • L’hypersexualité toucherait jusqu’à 5% de la population.
  • Les hommes sont plus souvent concernés : environ 5 hommes pour 1 femme.
  • Le syndrome d’hypersexualité est généralement associé à d’autres syndromes (anxiété, dépression) et à diverses additions (alcool…).
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Reid R.CO et al., Report of Findings in a DSM-5 Field Trial for Hypersexual Disorder, The Journal of sexual Medicine, Article first published online: 4 OCT 2012. DOI: 10.1111/j.1743-6109.2012.02936.x.