Coeur

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 07 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 01 Août 2007 : 02h00
-A +A
Bien que le coeur soit un muscle, donc de la viande et se cuisinant comme celle-ci, celui des animaux de boucherie est classé dans les abats dits "rouges".

Son poids varie énormément selon l'animal dont il provient. Le coeur d'un boeuf peut peser jusqu'à 2,5 kg, celui d'un veau fait environ 900 g, celui d'un porc 200 g, tandis que le coeur d'un agneau se situe dans les 130/150 g.Le coeur ne cesse de travailler jusqu'à l'abattage de l'animal. Il est évident que plus celui-ci était jeune, plus son coeur est tendre. Ceux d'agneau et de veau, coupés en fines tranches peuvent se griller mais les autres exigent des cuissons plus longues. Le coeur de porc, bien qu'il ne soit pas gros, est quand même assez dur et pas d'un goût terrible, assez fort. Quel que soit son animal d'origine, un coeur doit toujours être bien rouge et ferme, débarrassé des fibres et des caillots de sang.

Nutrition

Tous les coeurs sont pauvres en lipides et aussi riches en protéines que la viande. Ils sont bien pourvus en fer.

Valeur nutritionnelle du coeur

Pour 100 g de coeur : 117 Calories

Eau : 76,2 g. Protéines : 16,4 g. Glucides : 0 g. Lipides : 5,7 g. Cholestérol : 150 mg. Potassium : 267 mg. Magnésium : 23 mg. Phosphore : 186 mg. Calcium : 13 mg. Fer : 4 mg. Vitamine B1 : 0,4 mg. Vitamine B2 : 0,9 mg. Vitamine B6 : 0,3 mg. Niacine : 6,5 mg. Folates : 3 µg.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 07 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 01 Août 2007 : 02h00
A lire aussi
Foie Publié le 24/08/2001 - 00h00

Le foie est un abat dit "rouge". Il fait aussi partie des abats dits "nobles" mais il y a de grandes différences de qualité et de taille selon l'animal dont il provient.

Rognon Publié le 12/07/2001 - 00h00

Les rognons font partie des abats dits "rouges".

Cervelle Publié le 12/07/2001 - 00h00

La cervelle est le cerveau des animaux de boucherie. C'est un des abats les plus renommés sur le plan gastronomique mais qui a été mis à mal à la suite de "la vache folle" (épidémie d'ESB). Depuis 1996, sa commercialisation est strictement réglementée.

Porc Publié le 23/08/2001 - 00h00

Le porc, descendant probable du sanglier, fut longtemps un animal familier. Il se nourrissait des déchets de la ferme. Quand il était bien gras, on le tuait. Découpé, salé, conservé en salaisons ou en jambon, transformé en pâtés, en boudin, en lard, il nourrissait la famille pendant des...

Plus d'articles