Cancer du col de l'utérus : faites-vous dépister régulièrement !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 15 Décembre 2004 : 01h00
Le cancer du col de l'utérus est le 2ème cancer féminin. Pour ce cancer, dans la moitié des cas, le Papillomavirus en est responsable. Or ce virus, principalement transmis par voie sexuelle, se dépiste aujourd'hui aisément. Alors, pourquoi 40% des femmes ne bénéficient pas d'un tel dépistage et mettent leur vie en danger ?
PUB

Chaque année dans le monde, 900.000 femmes sont touchées par un cancer du col de l'utérus. En France, on enregistre annuellement 3.400 nouveaux cas et 1.000 décèsSachant qu'aujourd'hui on sait dépister le papillomavirus et qu'un traitement entrepris précocement permet de guérir de ce cancer, ces chiffres semblent incompréhensibles.

Frottis et test HPV

Le frottis est l'examen clé pour dépister le Papillomavirus (HPV). Mais sa fiabilité n'est que de 80%. C'est pourquoi un test HPV a été mis au point, dont la fiabilité est comprise entre 90 et 95%. Ainsi, en associant ces deux examens, l'efficacité de dépistage atteint les 100%.Si le frottis ne révèle pas la présence de l'HPV mais détecte des anomalies précancéreuses, même minimes, le test HPV, lui, a l'avantage de détecter le virus avant même que des anomalies n'apparaissent. Malheureusement, 40% des femmes ne réalisent pas régulièrement ces deux examens. C'est ainsi que 70% des cancers invasifs surviennent dans cette population. Et pourtant, depuis le début de l'année, le test HPV est remboursé par la sécurité sociale en cas de frottis ayant détecté des anomalies débutantes.

PUB

Faut-il instaurer un dépistage systématique ?

Le débat actuel porte sur l'instauration d'un dépistage systématique. On peut imaginer à la clé, l'éradication du cancer du col de l'utérus à HPV. Reste à définir la régularité à laquelle doit être réalisé le dépistage et les populations à risque élevé. Mais il faut également tenir compte de l'impact psychologique que représente un test HPV positif Et un test HPV positif ne signifie pas que vous allez forcément développer un cancer du col de l'utérus !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 15 Décembre 2004 : 01h00
Source : Atelier-presse, " Prévention du cancer du col de l'utérus : comment en parler, comment l'aborder ? ", Digène France, 7 décembre 2004.
A lire aussi
Cancer du col de l'utérus : redoutable papillomavirus Publié le 21/07/2004 - 00h00

Le cancer du col de l'utérus, suite à une infection du col par un virus nommé papillomavirus, est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, juste derrière le cancer du sein. Plus de 25.000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus sont dépistés chaque année en Europe, tandis que...

Cancer du col de l'utérus : la prévention est possiblePublié le 12/11/2001 - 00h00

Actuellement, environ 3 000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus sont diagnostiqués chaque année en France. Ce chiffre a diminué ces dernières années, mais pourrait encore considérablement se réduire, si le dépistage du cancer du col par frottis cervico-vaginal était régulièrement...

Plus d'articles