Burn-out : première mesure objective

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le Mercredi 13 Octobre 2010 : 13h19
Mis à jour le Mercredi 13 Octobre 2010 : 13h21

Des scientifiques néerlandais ont prouvé de façon objective l'existence d'un syndrome de burn-out en analysant l'activité cérébrale de patients. Cette dernière diffère en effet de celle des personnes en bonne santé.

Diagnostiquer le burn-out

Les personnes qui souffrent de burn-out sont épuisées à la fois émotionnellement et physiquement. En cause: généralement une surcharge de travail qui perdure depuis de nombreuses années.

Il était jusqu'ici difficile de poser le diagnostic de burn-out, parce que ses symptômes présentent pas mal de similitudes avec ceux de la dépression ou de la fatigue

chronique. Des chercheurs du Donders Institute for Brain Cognition and Behaviour et du Behavioural Science Institute (Radboud Universiteit Nijmegen) viennent toutefois d'annoncer qu'ils ont mis au point un test objectif permettant pour la première fois de poser avec certitude le diagnostic de burn-out.

Deux études sur le burn-out

Au cours de deux tests, l'activité cérébrale de treize patients en burn-out a été comparée aux données d'un nombre identique de sujets sains. Dans le cadre de la première étude, à l'aide de tests EEG (électro-encéphalogrammes),les chercheurs ont observé que les patients en burn-out étaient moins disposés ou moins capables dans un moment de détente de faire des efforts mentaux.

Dans le cadre du second test, les scientifiques ont demandé aux sujets d'actionner un bouton chaque fois qu'ils repéraient une tonalité différente dans une série. Après un certain temps, les sujets sains se sont "mis en pilote automatique". Les patients en burn-out ont, quant à eux, continué à traiter "consciemment" les stimuli, ce qui leur demandait aussi un plus grand effort mental. Leur réaction était aussi moins marquée quand ils repéraient la tonalité différente.

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le Mercredi 13 Octobre 2010 : 13h19
Mis à jour le Mercredi 13 Octobre 2010 : 13h21
Source : Gilles van Luijtelaar, Marc Verbraak, Martijn van den Bunt, Ger Keijsers, Martijn Arns. EEG Findings in Burnout Patients. The Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences, 22:208-217, Spring 2010.
A lire aussi
Professionnels surmenés, attention au " Burn out " !Publié le 28/09/2001 - 00h00

Le « burn out » ou syndrome d'épuisement professionnel est de plus en plus fréquent dans nos sociétés modernes. Il se manifeste à la fois sur le plan physique (insomnie, palpitations, douleurs diverses...) et sur le plan psychologique, pouvant déboucher sur une véritable dépression. Il...

Stress au travail : deux fois plus de diabètePublié le 19/03/2007 - 00h00

Chez les travailleurs stressés, le risque de développer un diabète est multiplié par deux. Cette démonstration a été faite à partir de salariés atteints de "burn out", un état de stress professionnel intense, caractérisé par un épuisement physique, moral et intellectuel.

Stress : 5 solutions pour y échapperPublié le 01/06/2015 - 16h16

Mariage, déménagement, entretien d’embauche, examens, rupture, bruit…, les situations stressantes sont multiples et omniprésentes dans la vie quotidienne. Nous en sommes toutes et tous victimes ! Pour venir à bout du stress, nous avons choisi pour vous cinq solutions naturelles. 

Le burn-out : comment le diagnostiquer ?Publié le 16/02/2016 - 19h05

« Je suis au bord du burn-out », la phrase est passée dans le langage courant. Mais qu’est-ce que le burn-out  exactement, autrement appelé syndrome d’épuisement professionnel, qui pourrait toucher jusqu’à 3 millions de salariés en France ?

Plus d'articles