Arrêt du tabac : on peut lire vos chances de réussite dans votre cerveau

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 02 Février 2011 : 14h04
Mis à jour le Mercredi 02 Février 2011 : 16h08

L’arrêt du tabac est tellement difficile que le passage à l’acte puis l’abstinence dans la durée passent forcément par une bonne dose de motivation. Or la motivation, elle s’exprime dans votre cerveau et peut être visible.

Selon cette étude américaine, il est possible de mesurer votre degré de motivationà arrêter le tabac en observant l’activité de votre cerveau dans une zone particulière.

Cette expérimentation a consisté à enregistrer par scanner l’activité du cerveau de volontaires fumeurs, pendant qu’ils étaient exposés à des messages sur l’arrêt de la cigarette. On constate ainsi que plus l’activité du cortex préfrontal médian du cerveau est élevée, plus les chances de réduire la cigarette dans le mois sont élevées. Autrement dit, l’activité de notre cerveau permet de prédire à un moment donné les chances de succès à l’arrêt…

Que retenir en pratique ?

PUB

En pratique, va-t-on passer tous les fumeurs au scanner ? Non, bien sûr. En revanche, on peut retenir que la motivation est un des moteurs principaux à l’arrêt du tabac. Il ne faut pas négliger la phase préalable à tout arrêt qui consiste à tout faire pour renforcer cette motivation. Prenez le temps par exemple de mettre en balance les avantages et les incontinents du tabac, à court et à long terme : économies, santé, odeur du tabac, pulsions, liberté…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 02 Février 2011 : 14h04
Mis à jour le Mercredi 02 Février 2011 : 16h08
Source : Falk E. B. et coll., Health Psychology , 24 janvier 2011.
A lire aussi
Tabac : connaissez-vous vraiment tous les risques ?Publié le 11/09/2006 - 00h00

Le tabac est responsable chaque année du décès de 66.000 Français. Il est aussi à l'origine d'une longue liste de cancers, le cancer du poumon arrivant en tête, de maladies cardiovasculaires et de maladies respiratoires. Et pourtant, 40 % des Français à l'âge adulte fument.

L'e-cigarette, efficacité confirmée pour diminuer le tabacPublié le 28/06/2013 - 13h31

Alors que les autorités peinent à mettre en place une réglementation pour encadrer l’e-cigarette, une nouvelle étude confirme l’intérêt de ce dispositif aux effets sanitaires encore inconnus mais qui est dans tous les cas bien moins dangereux que la « vraie » cigarette.

Substituts nicotiniques : finie la langue de boisPublié le 21/06/2005 - 00h00

Un nombre important d'idées reçues circulent autour des substituts nicotiniques. Elles peuvent représenter un frein à la motivation, à la décision de l'arrêt et à la réussite du sevrage. Afin de bousculer les dernières rumeurs, nous avons posé quelques questions franches et directes au Dr...

Plus d'articles