Le zona : quand le virus de la varicelle se réactive

Publié le 15 Janvier 2001 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Le zona est une maladie infectieuse causée par la réactivation du virus de la varicelle, plusieurs années après avoir contracté cette maladie. Le zona est une infection est bénigne, exceptée lorsqu'elle touche l'oeil ou des personnes ayant des défenses immunitaires affaiblies (Sida, leucémie, etc.). Sa prise en charge repose sur un traitement précoce.

Qu'est-ce qu'un zona ?

Le zona (ou herpèszoster) est une infection fréquente chez l'adulte au-delà de 50 ans. Toutefois, une même personne développe rarement plus d'une fois cette maladie. Exceptionnel chez le nourrisson, le zona s'observe parfois chez l'enfant, mais sans gravité particulière.

Pourquoi développe t-on un zona ?

Après avoir contracté une varicelle, généralement pendant l'enfance, les virus responsables de cette maladie (Herpes virusvaricellae) sont détruits, exceptés quelques-uns qui persistent à vie, et qui vont se localiser dans les ganglions de certains nerfs.

A certaines occasions, lorsque les défenses immunitaires baissent ou sous l'effet d'un stress psychologique ou physique (un traumatisme par exemple), le virus latent peut se réactiver et réinfecter une zone de la peau. Les causes de cette réactivation sont encore méconnues. Le zona peut survenir chez toute personne ayant déjà eu la varicelle.

Toutefois, les sujets âgés ou ayant un système immunitaire affaibli (sida, leucémie, greffes, cancer du système lymphatique, etc.) présentent un risque plus élevé de développer cette maladie. A l'inverse de la varicelle, le zona est peu contagieux.

En revanche, en cas de contact cutané avec les lésions, il peut provoquer une varicelle chez les personnes qui n'ont jamais eu cette maladie.

Zona : des douleurs cuisantes accompagnées d'une éruption cutanée

Le zona se manifeste par des douleurs et une éruption cutanée qui touche de façon caractéristique un seul côté du corps, le côté droit ou gauche de la poitrine, du ventre ou du visage.

Le tout début de l'infection est marqué par des douleurs vives ressemblant à des brûlures, localisées au niveau de l'émergence du nerf atteint. Quelques jours après la survenue de ces douleurs, parfois dès le lendemain, une éruption ayant la forme d'une bande se déclare. Elle est caractérisée par des tâches rouges qui se recouvrent rapidement de vésicules remplies d'eau (ou cloques). En une semaine, elles se dessèchent puis forment des croûtes qui disparaissent en huit à vingt jours. Des cicatrices, parfois indélébiles, peuvent persister.

Durant les deux à trois semaines de l'éruption, les douleurs augmentent, pouvant devenir particulièrement intenses, voire très difficiles à supporter, et s'accompagnent d'une fièvre modérée (environ 38°C) avec parfois des sueurs et des maux de tête. Dans certains cas l'éruption est très discrète (peu de vésicules) et peut passer inaperçue (notamment lorsqu'elle survient à l'aisselle). Le zona se révèle alors exclusivement par des douleurs.

Source : 11ème conférence de consensus en thérapeutique antiinfectieuse : prise en charge des infections à VZV. Med. Mal. Inf., 1998, 28 (suppl.) : 18. Paul C., Faut-il traiter par antiviraux le zona du sujet immunocompétent (en dehors du zona ophtalmique). Ann. Dermatol. Venereol., 1997, 124 : 3669.