Vous êtes enceinte ? Mangez du poisson !

Les poissons gras sont riches en certains acides gras, les omega-3. Or, ces acides gras sont dotés de multiples vertus pour la santé et permettent entre autres d'éviter les accouchements prématurés et la venue au monde d'enfants ayant de trop petits poids de naissance.
PUB

Décidément, la presse médicale ne tarit pas d'éloges sur les vertus du poisson et des acides oméga-3 qu'il contient. Des études précédentes avaient déjà montré que les oméga 3, acides gras indispensables à notre organisme, avaient une action protectrice contre les maladies cardio-vasculaires et le cancer de la prostate. Mais après les seniors, il semblerait qu'il faille aussi conseiller le poisson aux femmes enceintes et aux jeunes mamans.

En effet, une étude portant sur plus de 8 700 femmes a permis d'évaluer leur consommation d'huile de poisson ainsi que le terme de leur grossesse et le poids des bébés à la naissance. Il ressort clairement de cette étude que les femmes enceintes qui consomment de l'huile de poisson ont un risque d'accouchement prématuré nettement inférieur (1,9%) à celles qui n'en consomment jamais (7,1%). Le risque pouvait être multiplié par trois ou quatre chez les femmes ne consommant jamais de poisson par rapport à celles en consommant le plus.

PUB
PUB

Pour Olsen et ses collaborateurs, une consommation élevée d'acides gras omega-3 (supérieure à 2g/jour) prévient les récidives d'accouchements prématurés et retarde le terme de la grossesse. A l'inverse, une faible consommation de poisson augmente le risque d'accouchement prématuré et de petit poids de l'enfant à la naissance. Ce risque est fortement majoré lorsque la consommation quotidienne en acides gras omega-3 est inférieure à 0,15g soit un équivalent de 15g de poisson.

Il est généralement conseillé de consommer du poisson deux fois par semaine, ce qui correspond à un apport moyen en omega-3 de 1g par jour. Les poissons les plus riches en omega-3 sont les poissons gras comme le maquereau, le saumon, le hareng, la truite, le thon, l'esturgeon, l'anchois et la sardine. Cependant, si vous n'êtes pas amateur de poisson, vous pouvez toujours vous rabattre sur les huiles de poissons comme complément alimentaire.

Publié le 21 Mai 2002
Auteur(s) : Dr Agnès Lara
Source : Olsen S.
Voir + de sources
F. et coll. British Medical Journal 2002; 324: 447-450.