Au volant, 0 cannabis, 0 alcool

La toute première étude sur l'impact du cannabis sur les conducteurs montre que consommer cette substance double pratiquement le risque d'accidents mortels. Cette enquête démontre aussi que les effets de l'alcool, et même dans les limites actuellement autorisées, sont encore plus dévastateurs que le cannabis…
Publicité

Il s'agit de la première enquête au monde évaluant les conséquences du cannabis sur la circulation routière. Dénommée « SAM », pour « stupéfiants et accidents mortels de la circulation », elle a été coordonnée par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Une première phase du travail a consisté à dépister systématiquement les drogues lors des accidents mortels entre le 30 septembre 2001 et le 1er octobre 2003. Un total de 10.700 dossiers a pu être exploité. Les résultats les plus marquants sont les suivants :

Publicité
Publicité
  • Un conducteur qui a fumé du cannabis a presque deux fois (1,8) plus de risque de causer un accident mortel.
  • Pour l'alcool, ce risque s'élève à 8,5 en moyenne, et à 2,7 lorsque le taux d'alcoolémie est en dessous du seuil autorisé de 0,5g/l !!!
  • La part des accidents de la route mortels directement liée au cannabis est de 2,4%, soit 170 décès. Celle des boissons alcoolisées est de 28,5% avec 1.940 tués.
  • Au final, dans la population générale, l'alcool tue onze fois plus que le cannabis. Et même le buveur dit « modéré » c'est-à-dire ne dépassant pas le seuil autorisé de 0,5g/l, est plus fréquemment la cause d'un accident mortel que le fumeur de cannabis : 3,3% contre 2,4% avec le cannabis.
  • Mais, chez les jeunes hommes de moins de 25 ans, le cannabis fait plus de morts au volant que les boissons alcoolisées

A retenir

Le risque d'accident mortel lié à la consommation d'alcool augmente très vite avec la quantité ingérée. Mais le risque est déjà très important dès le tout premier verre :

  • entre 0 et 0,5g/l, le risque est multiplié par 2,7 ;
  • entre 0,8 et 1,2g/l, le risque est multiplié par 7 ;
  • au-delà de 2g/l, le risque est multiplié par 40.
 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 25 Octobre 2005 : 02h00
Source : Etude SAM " Stupéfiants et accidents mortels de la circulation ", financée par le ministère de la Santé et coordonnée par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), octobre 2005.