Fête et alcool : soyez réaliste et responsable

Toute personne ayant bu de l’alcool ne doit pas prendre le volant. C’est valable pour vous, mais aussi pour les autres. Autrement dit, soyez responsable en empêchant, autant que possible, quiconque de prendre le volant sous l’emprise de l’alcool. Nous pouvons tous être très convaincants!

Ensuite, soyez réaliste ! Le taux d’alcooldans le sang met très longtemps à baisser. L’alcoolémie diminue de 0,10 à 0,15 g/l de sang par heure. Par exemple, avec un taux de 0,7 (équivalent à 3-4 verres dans la soirée), il faut patienter 4 heures environ, sans une goutte d’alcool, pour redescendre à 0,4 g/l de sang. Si vous avez bu, il est donc illusoire d’attendre une heure ou deux que votre alcoolémie redescende en dessous de 0,5 g/l de sang (ou 0,25 mg/l d’air expiré), valeur limite autorisant légalement la conduite. Et de toute façon, si vous atteignez cette limite, sachez que vos réflexes resteront diminués, sans parler de la fatigue… Par exemple, dès 0,3 g/l de sang (un peu plus d’un verre d’alcool), les risques d’accidents mortels sont déjà multipliés par 1,74 !

Enfin, les remèdes de grand-mère ne marchent pas, ça se saurait ! Boire du café, un Outox, un Red bull, un coca, un jus de citron, une cuillère d’huile, un médicament stimulant ou tout autre remède miracle, n’a jamais fait baisser le taux d’alcool dans le sang, ne soyez pas crédule ! Au mieux, vous ressentirez faussement une nouvelle confiance en vous (effet placebo ?), ce qui pourrait vous amener à prendre des risques inutiles…

Il ne reste qu’une seule solution. Ne pas prendre le volant, mais dormir sur place ou dans un hôtel accessible à pied, ou se faire raccompagner par une personne sobre (amis, association, covoiturage).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, www.inpes.sante.fr; Institut Moncey.