Verres progressifs et presbytie : vos questions et les réponses du Dr Olivier Laplace

© Istock

L’usage des verres progressifs pour les personnes concernées  par la presbytie est une question qui vous a beaucoup mobilisés. L’apparition de la presbytie est un nouveau paramètre dont il faut tenir compte, désormais, dans tous les moments de la vie. La poursuite des activités de tous les jours telles que la conduite,  la pratique sportive et l’utilisation des écrans, lorsque l’on devient presbyte, nécessite une adaptation visuelle particulière. Il faut rétablir une vision nette pour des objets en mouvements qui se succèdent dans les champs de vision éloigné, intermédiaire ou rapproché. Notre expert le Dr Olivier Laplace vous apporte les réponses aux questions que vous nous avez posées directement sur E-santé.

PUB

La presbytie, la conduite et le sport

1- Lorsque je conduis la nuit, j’ai la vue qui se fatigue vite. Je suis presbyte mais pourtant cela concerne la vision de loin… Est-ce normal ?

Dr Laplace : « Lors de l'apparition de la presbytie, si vous étiez déjà légèrement hypermétrope sans en avoir subi aucune gêne jusqu’à présent, avec l’âge, vous allez commencer à subir une baisse de la vision de loin.Beaucoup de gens souffrent d'éblouissement avec le temps surtout lors de la conduite nocturne, en particulier si cette gêne de la vision de loin s’installe, une gêne amplifiée par les phares des voitures que vous croisez qui sont parfois mal réglés… Il n’y a pas que l’hypermétropie qui se traduise par cette petite baisse de la vision de loin : certaines personnes peuvent avoir également une légère myopie nocturne générée par la dilatation de la pupille. »

Le saviez-vous : Essilor est l’inventeur des verres progressifs avec Varilux. Une révolution dans le monde de l'optique et pour les presbytes.

2 - Est-il confortable de conduire avec des verres progressifs ou doit-on choisir des verres uniquement pour la vue de loin ? Je suis hypermétrope et je viens d'apprendre que j'étais aussi presbyte.

Dr Laplace : « Les verres progressifs ne sont pas une contre-indication à la conduite automobile, mais certaines personnes préfèrent avoir un ajustement seulement en vision loin pendant la conduite. A vous de choisir ! »

Ajoutons que l’usage de verres progressifs pour les conducteurs presbytes permet d’avoir une meilleure vision des rétroviseurs qui sont situés dans le champ de vision intermédiaire.

Il faut savoir que les verres progressifs offrent aujourd’hui un confort de vision sans perte d’équilibre – ce qui peut être gênant en voiture -, avec des images contrastées et précises même par faible luminosité, et avec un filtre solaire qui varie selon l’intensité de la lumière du jour.

Le conseil Santé : Consultez régulièrement un ophtalmologue et profitez du savoir-faire et des conseils personnalisés de votre opticien pour prendre soin de votre vue.

3 - Est-il possible de porter des lunettes lorsqu’on fait du sport et qu’on a des problèmes de vision à la fois de loin et de près ? J’ai peur que les verres progressifs ne soient pas adaptés à la pratique sportive. Que me conseillez-vous ?

PUB
PUB

Dr Laplace : « Le verre progressif peut être utilisé lors de la pratique sportive. Il existe des verres adaptés modifiant la plage de vision de loin, la vision intermédiaire et la vision de près, qui sont très bien pour améliorer le confort. Mais cela dépend du sport pratiqué bien sûr : certains sports à risque (de combat ou aquatiques) ne sont pas adaptés à des verres progressifs. Dans ce cas, il peut être préconisé des lentilles ou de la chirurgie selon des alternatives. »

Vous trouverez chez votre opticien des verres dont les caractéristiques les rendent parfaitement adaptés au sport. Lorsque vous faites du sport, vos yeux sont en perpétuel mouvement, donc il existe des verres spéciaux pour le sport qui vous aident à obtenir une vision précise des objets en mouvement, à une distance proche comme lointaine. Et ces verres pourront être taillés dans des matériaux légers et résistants aux chocs pour plus de sécurité.

La presbytie et les écrans

Devenir presbyte et gérer l’usage des écrans multiples qui émaillent notre quotidien s’avère parfois délicat. Quel est le type de verres idéal pour l’utilisation de l’ordinateur, qu’il s’agisse de la distance entre les yeux et l’écran, ou bien du rayonnement bleu qui fatigue la vue ?

3 - Est-ce qu'il est recommandé de travailler sur ordinateur avec des verres progressifs ou doit-on utiliser les verres pour voir de près uniquement ? Je n’ai encore jamais utilisé de verres progressifs…

Dr Laplace : « Il existe ce qu’on appelle les verres dégressifs, ou verres dits « de proximité ». Ils sont très bien adaptés à la vision sur l'ordinateur car ils permettent une vision nette entre la vision de près et la vision intermédiaire. C’est une façon douce de passer ensuite aux verres progressifs. »

Mais ajoutons ce conseil important pour l’usage des écrans : il faut aussi utiliser des verres possédant un traitement particulier contre la lumière bleue nocive pour l’œil. Plus de 90% des 20-65 ans(*) utilisent tous les jours au moins un outil digital ! Ces verres spéciaux permettent une filtration sélective de la lumière afin de protéger les yeux des lumières bleu-violet nocives émises par les écrans numériques, à la fois pour protéger l’œil de maladies possibles, et pour éviter la fatigue visuelle.

Nos conseils sont les suivants :

  • regardez votre écran de face (sans inclinaison)

  • laissez 60 cm de distance entre vos yeux et votre écran

  • quittez votre écran des yeux durant 5 minutes, toutes les heures.

Profitez d'une vision nette à toutes les distances grâce aux verres progressifs.

4 - Je porte des lunettes pour regarder la TV et travailler sur mon ordinateur. Au bout d’une heure j'ai mal à la tête. Comment expliquez-vous ce trouble ?

Dr Laplace : « Ce problème ne devrait pas se poser. Si c’est le cas, il faut avant tout vérifier le centrage de vos verres, l’ajustage de votre monture, et la prescription optique puis peut-être vous faire prescrire un bilan orthoptiste afin de s'assurer qu'il n'y ait pas de problème de la convergence et de la divergence. »

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mardi 24 Janvier 2017 : 10h24
Mis à jour le Jeudi 26 Janvier 2017 : 12h04
Source : - Entretien avec le Dr Olivier Laplace, chirurgien ophtalmologiste à l’Hôpital des Quinze-Vingt
- Syndicat National des Ophtalmologistes de France  http://www.snof.org/
PUB