Presbytie : que faire ?

© getty

Vous avez passé la quarantaine et vous pestez contre les journaux qui utilisent une police de caractères de plus en plus petite ?

C’est normal et le problème vient de vous ! Vos yeux accommodent de moins en moins bien et vous voyez de plus en plus flou ce qui est écrit en petit.

Lorsque vous serez obligé[e] de lire à bout de bras, il sera temps pour vous de trouver une solution à votre presbytie.

PUB

La presbytie n’est pas une maladie, mais une conséquence du vieillissement

La presbytie débute vers 45 ans, voire plus tardivement chez le myope.

Avec le temps, le cristallin perd de son élasticité, il tend à s’épaissir et à durcir. Il s’agit d’une conséquence normale du vieillissement, mais qui se traduit hélas par une baisse du pouvoir d’accommodation de l’œil, indispensable pour voir net de près.

Ce phénomène se met en place progressivement vers 40-45 ans, et se stabilise avant 65 ans.

Au début, cette baisse de l’accommodation est compensée, par réflexe, en augmentant la distance de lecture, mais lorsque les bras ne sont plus suffisamment longs pour une lecture confortable, il faut penser à corriger sa presbytie

PUB
PUB

L’autre signe de la presbytie : le besoin de plus de lumière pour lire.

Quelles sont les solutions en cas de presbytie ?

  • Les lunettes grossissantes : vendues en pharmacie, sur les marchés ou même en grandes surfaces, les lunettes grossissantes peuvent suffire au début et à condition d’avoir la même vision à chaque œil.
  • Quand à la presbytie s’ajoute un autre problème oculaire, la double paire de lunettes s’impose, l’une pour bien voir de près et l’autre pour voir de loin.
  • Sinon, souvent plus pratiques mais nécessitant une période d’adaptation : les verres à double foyer, qui sont désormais de plus en plus remplacés par les verres progressifs. Ces derniers représentent aujourd’hui la solution optimale pour corriger un trouble de réfraction conjoint tel que l’hypermétropie, l’astigmatisme ou la myopie.
  • On peut également recourir à des lentilles de contact multifocales. Le manque de larmes est parfois une source d’échec aux lentilles.
  • Enfin, des techniques chirurgicales sont proposées, dont le choix dépend de l’âge et de la stabilité de la presbytie, des autres troubles visuels et de la vision de loin.
Publié le 27 Août 2012 | Mis à jour le 01 Octobre 2015
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
PUB