Vache folle : 8 réponses à exiger des autorités

L'Organisation mondiale de la santé vient de publier un document visant à protéger le public des risques liés à la consommation de viande de boeuf contaminée par l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou « maladie de la vache folle »).
Publicité

Maladie rare, détectée pour la première fois en 1986 chez des bovins au Royaume-Uni. Dix ans plus tard, une autre maladie, le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (ou nvMCJ), est découverte chez l'homme et reliée à l'épidémie d'ESB du bétail. Son origine résiderait dans la consommation de viande contaminée ou d'autres produits alimentaires d'origine bovine. Certes, toutes les questions n'ont pas encore de réponse, mais une série de mesures peut être prise afin d'éviter l'introduction de l'agent dans la chaîne alimentaire et donc d'assurer la sécurité de l'approvisionnement en viande.

Publicité
Publicité

1) Comment les bovins sont-ils nourris ?

L'ESB est manifestement liée au recyclage des carcasses de bovins, pratiqué pour récupérer les protéines des « farines de viande et d'os » afin de nourrir d'autres bovins. Ainsi, si les bovins ne consomment pas de protéines provenant de carcasses de ruminants (bovins, ovins, caprins), le risque d'ESB est insignifiant.

2) Existe-t-il un système de surveillance active de l'ESB ?

L'introduction récente de tests de dépistage rapide, obligatoires dans bien des pays, a considérablement amélioré le dépistage des cas.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 12 Février 2003 : 01h00
Source : Organisation mondiale de la Santé, " Huit questions que les consommateurs doivent se poser à propos de la maladie de la vache folle ", 30 janvier 2003, http://www.who.int/mediacentre/releases/2003/pr5/fr