Une jeune fille de 13 ans décède d’une méningite foudroyante dans la Somme

© Creative Commons

Une adolescente est morte d'une forme foudroyante de méningite à méningocoques au CHU d'Amiens. Ses proches ont été traités à titre préventif.

Publicité

La méningite fait une deuxième victime en ce début d'année. Dans la nuit du 31 décembre, une adolescente de 13 ans est morte d'une forme foudroyante de la maladie. Hospitalisée en urgence au CHU d'Amiens (Somme), elle a succombé en quelques heures seulement, selon nos confrères de France 3 Hauts-de-France.

Selon le protocole en place, l'Agence régionale de la santé (ARS) des Hauts-de-France a lancé une enquête épidémiologique dès la notification de ce décès. Une étape nécessaire car le méningocoque se transmet par les gouttelettes de salive, à l'occasion de contacts rapprochés et répétés.

Publicité
Publicité

Les proches à risque ont été placés sous traitement antibiotique préventif. Cela permet d'interrompre la transmission de la bactérie. En effet, la personne contaminée ne développe pas de symptômes dans la majorité des cas.

Contacter le 15 au plus vite

Une vaccination sera également proposée dès que la souche en cause aura été identifiée. A ce jour, il existe des vaccins contre la plupart d'entre elles. L'immunisation préventive est d'ailleurs officiellement recommandée en complément des antibiotiques lorsque les souches A, C, Y ou W ont été détectées.

Dans l'ensemble, la méningite circule assez mal en France. Selon l'Institut Pasteur, elle infecte 1 à 3 personnes pour 100 000 habitants dans les pays industrialisés. Il faut dire que le méningocoque est particulièrement fragile et ne survit pas dans l'environnement. La promiscuité est essentielle à sa diffusion.

Malgré tout, éviter toute épidémie est important. 1 cas de méningite à méningocoque sur 10 se solde par le décès du patient. Les principaux symptômes évocateurs sont une forte fièvre, accompagnée de maux de tête et d'une raideur douloureuse de la nuque. Nausées et vomissements peuvent également se manifester.

Face à de tels signes, les proches sont invités à contacter le 15 ou leur médecin traitant au plus vite. En effet, les infections à méningocoques sont susceptibles d'évoluer très vite. Une prise en charge rapide est donc nécessaire.

La méningite en vidéo

PUB
PUB