Une femme vit depuis 14 ans avec une aiguille de sa péridurale dans le dos

© Istock

Depuis 14 ans, la vie est un calvaire pour Amy Bright. Cette Américaine vient de découvrir que ses douleurs de dos chroniques et invalidantes étaient dues à un oubli de la part des médecins qui l'ont accouchée en 2003.

PUB

"J'étais livide, furieuse et effrayée". Voilà comment Amy Bright résume, pour le magazine People, le calvaire qu'elle vit depuis 14 ans. En novembre dernier, cette habitante de Californie (Etats-Unis) a enfin appris la cause de ses tourments : une erreur médicale lors de son accouchement par césarienne, en Floride.

A seulement 41 ans, Amy Bright mène une vie difficile. Elle subit un mal de dos quotidien depuis la naissance de son benjamin, en 2003. La douleur est telle que marcher est devenu difficile.

Trois centimètres d'aiguille

Pendant des années, les médecins ont tenté d'apaiser sa souffrance à l'aide de décontractants musculaires et d'antalgiques. Sans succès. En novembre dernier, un scanner est donc réalisé pour trouver l'origine de ces douleurs. L'équipe médicale soupçonne un problème au niveau du nerf sciatique.

PUB
PUB

La cause de ces lombalgies chroniques est en fait bien différente. L'imagerie révèle la présence d'un morceau d'aiguille littéralement planté dans sa colonne vertébrale. Trois centimètres d'un objet qui n'aurait pas dû se trouver là.

"Chaque fois que je bouge, que je marche, que je me penche ou que je bouge dans mon sommeil, cette aiguille bouge dans ma colonne vertébrale", s'étonne Amy Bright. Ce fragment provient, selon elle, d'une aiguille utilisée pour pratiquer une anesthésie péridurale  lors de son accouchement en 2003.

Elle risque la paralysie

Cet incident aurait pu être évité, aux yeux de son avocat, Sean Cronin. "Ces aiguilles  mesurent 9 à 10 centimètres et ont une sécurité à leur bout, explique-t-il à People. L'anesthésiste est censé vérifier qu'elle est toujours en place."

Cette mère de six enfants a donc engagé des poursuites judiciaires contre l'hôpital naval de Jacksonville, en Floride, où elle a donné naissance à son plus jeune fils. Elle n'est, malheureusement, pas la seule à poursuivre l'établissement. 14 plaintes ont déjà été déposées.

Mais pour Amy Bright, le calvaire n'est pas fini. L'aiguille pourrait être retirée de sa colonne vertébrale. Mais l'intervention  risque de provoquer une paralysie chez elle. Paradoxalement, laisser l'aiguille en place pourrait provoquer le même résultat.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés