Une femme tombe enceinte après un cancer grâce à une autogreffe du tissu ovarien

Publié le 18 Octobre 2018 par Laurène Levy, journaliste santé
Après une chimiothérapie qui l’a rendue stérile, une trentenaire a pu tomber enceinte grâce à une technique de préservation de la fertilité : l’autogreffe de tissu ovarien. Le point sur cette prouesse médicale.
PUB
© Adobe Stock

Malgré un cancer et une chimiothérapie, cette femme est tombée enceinte grâce à une prouesse médicale : l’autogreffe du tissu ovarien. Celle-ci a été réalisée à Schiltigheim (Alsace) au Centre médico-chirurgical obstétrique (CMCO) des hôpitaux de Strasbourg, rapporte CHU réseau, le site d’actualités des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU).

Cryoconservation du tissu ovarien

Tout commence en 2013, lorsque Madame B., alors âgée de 28 ans, découvre qu’elle est atteinte d’un lymphome "impliquant une chimiothérapie stérilisante", détaille CHU réseau. Elle se voit alors proposer une technique de préservation de fertilité par le centre d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Strasbourg dans le cas où elle souhaiterait avoir un enfant après ce traitement. La procédure consiste tout d’abord au prélèvement de tissu des deux ovaires. Ces fragments d’ovaires sont ensuite placés dans un environnement extrêmement froid (-196°C) : c’est la cryoconservation.

PUB

En 2014, Madame B. reçoit une greffe de moelle osseuse et entre en rémission de son lymphome. Elle réalise par la suite un bilan de fertilité qui confirme que ses traitements contre le cancer l’ont rendue stérile.

PUB

Une grossesse spontanée après l’autogreffe

Puis, en 2017, la patiente envisage une grossesse et se tourne donc vers le centre d’Assistance Médicale à la Procréation. Le 15 mai 2017, la femme de 32 ans reçoit donc une greffe de son propre tissu ovarien conservé depuis quatre ans. Ce tissu est réimplanté sur l’ovaire et au niveau de la fossette ovarienne, un creux situé dans la cavité pelvienne. Un an plus tard, après avoir retrouvée ses règles et son activité hormonale, Madame B. tombe enceinte spontanément.

"Ça prouve que ça marche. Ça donne de la crédibilité à la technique, car on était un peu vus comme des sorciers au début" confie au 20minutes le docteur Olivier Pirrello, gynécologue au CHU de Strasbourg qui a participé à la réalisation de cette procédure.

Plusieurs techniques de préservation de la fertilité

Plusieurs traitements contre le cancer sont susceptibles de nuire à la fertilité. C’est le cas de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou encore de la chirurgie pelvienne. La préservation de la fertilité peut passer par la congélation du sperme ou la conservation de tissu testiculaire chez l’homme et par la conservation d’ovocytes, la cryopréservation d’embryons ou la conservation du tissu ovarien chez la femme, note l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) sur son site internet.

Une centaine de naissances ont déjà eu lieu dans le monde grâce à la technique d’autogreffe de tissu ovarien. Quant à Madame B., elle est la 29e Fançaise à tomber enceinte grâce à cette prouesse médicale.

Source : Autogreffe de tissu ovarien : 1ère grossesse en Alsace d’une patiente guérie d’un cancer. CHU réseau, 9 octobre 2018 
Alsace: Grâce à une autogreffe du tissu ovarien, elle tombe enceinte après un cancer et une chimiothérapie. 20minutes, 17 octobre 2018 
Techniques de préservation de la fertilité. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), mis à jour le 1er mars 2018 


PUB

A lire aussi

Cancer et fertilité : la voie de la cryoconservation

Infertilité : la vérité sur les causes

Quels sont les ennemis de la fertilité chez la femme ?

Un ovaire artificiel pour traiter les infertilités après un cancer

 35e grossesse après une autogreffe de tissu ovarien

Plus d'articles