Un médicament anti diabète capable de soigner aussi Alzheimer ?

© Istock

Un médicament destiné à traiter le diabète aurait aussi des effets protecteurs contre la maladie d'Alzheimer. Les cellules nerveuses sont détruites plus lentement.

PUB

Un antiépileptique contre la migraine, un anti acnéique utilisé en tant que pilule… Et bientôt un antidiabétique contre la maladie d'Alzheimer ? En médecine, il n'est pas rare que des médicaments servent à plus que leur indication d'origine. La dernière étude réalisée par l'université de Lancaster (Royaum-Uni) ne fait pas exception.

Un traitement destiné à traiter le diabète a, en effet, livré des résultats encourageants chez la souris. Les travaux, publiés dans Brain Research, montrent que ce "triple agoniste" – qui cible trois mécanismes participant au diabète – aurait aussi des effets protecteurs sur le cerveau des malades.

Dans le détail, cet antidiabétique agit sur les hormones GLP-1 et GIP, qui stimulent la sécrétion d'insuline après un repas et réduisent la glycémie, mais aussi sur le glucagon, qui augmente la quantité de glucose dans le sang.

PUB
PUB

La particularité de ces hormones, c'est qu'elles sont aussi des facteurs de croissance. Et elles auraient un effet sur la production de cellules nerveuses dans les cerveaux atteints par la maladie d'Alzheimer.

La mémoire est préservée

Pour leurs recherches, les scientifiques ont utilisé des souris modifiées génétiquement de manière à exprimer une forme de démence proche d'Alzheimer. Les animaux ont ensuite été placés dans un labyrinthe, ce qui a permis de tester leurs capacités de mémorisation et d'apprentissage.

Le traitement antidiabétique a permis aux rongeurs de conserver plus de cellules nerveuses. Les facteurs de croissance qui protègent celles-ci sont également plus nombreux. Les bénéfices ne s'arrêtent pas là.

Les souris traitées présentaient moins de plaques amyloïdes, toxiques pour le cerveau et caractéristiques d'Alzheimer. Dernière bonne nouvelle : l'inflammation et le stress oxydatif étaient moins présents. Pour Christian Holscher, co-auteur de ces travaux, cette piste "est la promesse d'un nouveau traitement des troubles neurodégénératifs chroniques, comme la maladie d'Alzheimer".

800 000 malades en France

Les antidiabétiques sont actuellement au cœur des espoirs. Le liraglutide, par exemple, a récemment livré des résultats encourageants. Ce qui semble confirmer le lien entre diabète et Alzheimer, déjà dressé à plusieurs reprises. La sécrétion d'insuline serait à l'origine de cette association.

Mais pour le Dr Doug Brown, directeur de la Recherche et du Développement à l'Alzheimer's Society, "il est essentiel d'étudier l'impact qu'ont les médicaments développés pour traiter d'autres pathologies sur la maladie d'Alzheimer et les autres formes de démence."

De fait, la maladie d'Alzheimer toucherait plus de 800 000 personnes en France, et le nombre de cas ne cesse d'augmenter. Pourtant, aucun traitement ne permet de stopper l'évolution de cette pathologie, découverte en 1907. "Aucun nouveau traitement n'a été mis sur le marché depuis 15 ans, nous avons donc besoin de nouvelles stratégies pour combattre la maladie", souligne le Dr Doug Brown.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mardi 23 Janvier 2018 : 12h49
PUB
PUB

Contenus sponsorisés