Un cas de méningite chez un enfant de maternelle en Gironde

© Istock

Un enfant de 5 ans a développé une méningite en Gironde. Hospitalisé à Bordeaux, il est dans un état rassurant.

PUB

L'événement est rare, mais toujours impressionnant. Un cas de méningite s'est déclaré dans le village de Saint-Quentin-de-Baron (Gironde), peuplé de 2 200 âmes. L'infection touche un enfant de 5 ans qui a été hospitalisé à Bordeaux. Selon l'Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine, son état est jugé "rassurant".

Informée de ce cas le 5 décembre, l'ARS s'est mise au travail. Son objectif : faire en sorte que l'infection ne se propage pas. Elle a donc identifié les personnes à risque, qui ont eu des contacts rapprochés avec le jeune malade. 66 enfants, scolarisés dans le même établissement, et 12 adultes ont été contactés.

PUB
PUB

La prévention de la méningite peut se décliner sous deux formes. Les personnes "contact" sont invitées à prendre un traitement antibiotique préventif (dit de prophylaxie) pendant deux jours. Celui-ci empêchera la bactérie de se développer dans l'organisme. La possibilité de se vacciner est également offerte à ceux qui pourraient contracter l'infection - surtout s'ils ont entretenu une promiscuité avec le patient.

Pas de risque d'épidémie

Le scénario d'une propagation reste faible. Dans un communiqué, l'ARS de Nouvelle-Aquitaine rappelle que "les risques de contagion sont exceptionnels". De fait, le méningocoque se transmet par les sécrétions du nez et de la gorge, et il survit très mal en milieu extérieur. C'est d'ailleurs pour cela que l'identification des personnes à risque se limite à un cercle restreint.

L'ARS a tout de même joué la carte de l'explication. Ce 7 décembre, elle a organisé une réunion dans l'école où était inscrit le jeune malade, afin de répondre aux interrogations des parents inquiets. Ses délégués leur ont demandé de rester vigilants quant aux symptômes d'une méningite à méningocoque.

Une infection invasive à méningocoque se manifeste par une fièvre souvent accompagnée de maux de tête, d'une raideur de la nuque, de nausées et de vomissements. Les formes les plus sévères entraînent des tâches nécrotiques (le purpura) sur l'ensemble du corps.

Vidéo. La méningite

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Vendredi 08 Décembre 2017 : 10h43
Source : Communiqué de presse de l'ARS Nouvelle-Aquitaine
Fiche Méningites à méningocoques de l'Institut Pasteur
PUB
PUB

Contenus sponsorisés