Un britannique décède de la rage après une morsure de chat

© Adobe Stock

Après un séjour au Maroc où il s’est fait mordre par un chat, un britannique est décédé du virus de la rage. Les autorités sanitaires rappellent les conduites à tenir avant de voyager dans un pays exposé à cette maladie.

PUB

Qui veut voyager loin, vérifie ses vaccins. C’est en substance le message que l’agence sanitaire publique britannique Public Health England (PHE) souhaite faire passer après le décès d’un ressortissant anglais en voyage au Maroc. L’homme aurait en effet été mordu par un chat lors de son séjour et serait décédé de la rage quelques semaines plus tard, faute de traitement immédiat.

Eviter les contacts avec les animaux en voyage

"La rage ne circule ni chez les animaux domestiques ni chez les animaux sauvages au Royaume-Uni, même si des espèces de chauves-souris peuvent véhiculer un virus qui s’en rapproche" note l’agence sanitaire britannique. Ainsi, les cas de rages chez les britanniques sont très rares, mais comme ce virus reste très présent dans certaines parties du monde, notamment l’Asie et l’Afrique, toute personne qui voyage dans ces régions doit être consciente du risque de contamination.

PUB
PUB

"Tous les voyageurs qui vont dans des pays touchés par la rage doivent éviter les contacts avec les chiens, les chats et les autres animaux dès que possible et doivent se renseigner sur les besoins en vaccin antirabique avant le voyage" rappelle ainsi le PHE. Enfin, "si vous avez été mordu, griffé ou léché par un animal vous devez abondamment nettoyer la plaie ou la zone exposée avec de l’eau et du savon et chercher un conseil médical sans délai" recommande la docteure Mary Ramsay, cheffe du département des Immunisations au PHE, citée par la note de cette agence sanitaire.

Troubles neuropsychiatriques, coma et décès

Le virus de la rage appartient au genre des Lyssavirus. Il est présent dans la salive des animaux et peut donc se transmettre par morsure, griffure ou léchage d’une peau écorchée ou d’une muqueuse. Les symptômes surviennent après quelques jours ou quelques mois d’incubation. Ils débutent par "une dysphagie (difficulté à avaler) et des troubles neuropsychiatriques variés, notamment l’anxiété et l’agitation" rappelle l’Institut Pasteur sur son site internet. "Une fois les signes déclarés, l’évolution se fait vers le coma et la mort (souvent par arrêt respiratoire) en quelques heures à quelques jours. Hormis quelques cas décrits, l’issue est toujours fatale lorsque la maladie est déclarée" ajoute l’Institut.

Chaque année, dans le monde, environ 17 millions de personnes reçoivent un traitement après une exposition à des animaux soupçonnés d’être enragés et 59 000 personnes décède de la rage.

Vaccin antirabique : mode d’emploi

Le vaccin antirabique efficace contre le virus de la rage peut être administré en prévention avant ou après exposition au virus. Avant exposition, trois doses sont administrées aux jours 0, 7 et 21 (ou 28). Pour les voyageurs ayant réalisé ces trois doses, il n’est pas nécessaire de prévoir de rappel systématique, qui n’est recommandé qu’aux professionnels manipulant des animaux. Cette vaccination est conseillée avant un voyage en Asie, en Afrique, y compris en Afrique du Nord et en Amérique du Sud.

Après exposition, les personnes non vaccinées ou n'ayant pas leurs rappels à jour devront effectuer cinq doses de vaccin aux jours 0, 3, 7, 14, 28 ou deux doses au jour 0, et une dose aux jours 7 et 21. Les personnes vaccinées et à jour de leurs rappels devront quant à elle recevoir deux doses aux jours 0 et 3.

Publié le 14 Novembre 2018
Auteur(s) : Laurène Levy, journaliste santé
Source : Public Health England warns travellers of rabies risk.
Voir + de sources
Site du gouvernement britannique gov.uk, 12 novembre 2018 
Fiche maladie : Rage. Institut Pasteur, Octobre 2017 
Le vaccin contre la rage. Vaccination Info Service, mis à jour le 9 février 2018 
PUB
PUB

Contenus sponsorisés