Tuberculose à l’hôpital de Dreux : deux services obligés de fermer

© Istock

Un soignant en psychiatrie de l'hôpital de Dreux (Eure-et-Loir) a été contaminé par la tuberculose. Par mesure de précaution, une partie du personnel a été arrêté et deux services de l'hôpital ont dû être fermés. 

PUB

Deux services d'un hôpital de Dreux (Eure-et-Loir) ont dû être fermés après la découverte d'un cas de tuberculose pulmonaire, rapportent nos confrères de l'Echo Republicain.

C'est un agent d'un service psychiatrique du centre hospitalier Victor Ousselin qui a été contaminé. Le diagnostic de la maladie a été posé le 18 juin. Toutes les personnes en contact avec le malade ont été rappelées et soumises à des tests de dépistage.

PUB
PUB

Seize membres du personnel de psychiatrie, dont le résultat des tests est jugé "douteux", sont arrêtés jusqu'au 29 juin. Le temps d'approfondir leurs examens médicaux, les soignants ne sont pas remplacés.

"La continuité du service public est assurée"

Face à ce manque de personnel, la direction de l'hôpital est contrainte de fermer deux unités du service de psychiatrie jusqu'au 10 juillet : l'unité accueillant les adolescents et les jeunes adultes (ADAJ) et l'unité dédiée aux séjours de courte durée (UDPC).

"La plupart des patients seront suivis en ambulatoire. S'il y a une hospitalisation nécessaire, ils seront pris en charge par les psychiatres d'autres unités. La continuité du service public est assurée" a expliqué l'administrateur provisoire de l'hôpital.

Une maladie contagieuse

La tuberculose est une maladie due à des bactéries particulières, les mycobactéries. C'est une maladie contagieuse. La transmission se fait par les minuscules gouttelettes de salive qui s'envolent lorsque nous parlons ou que nous respirons par la bouche.

De nos jours encore, la tuberculose est une maladie grave, si elle n'est pas traitée. Sur 100 malades atteints de tuberculose pulmonaire et non traités, 50 meurent, 25 guérissent spontanément (mais peuvent retomber malade plus tard) et 25 deviennent des malades chroniques, qui contribuent à répandre le bacille.

Le vaccincontre la tuberculose a fait beaucoup pour diminuer l’importance de la maladie, et il n’est aujourd’hui plus recommandé que dans certains cas bien particuliers.

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Mardi 03 Juillet 2018 : 10h40
PUB
PUB

Contenus sponsorisés