Tuberculose : un test diagnostic en 100 minutes chrono

Il s’agit d’une petite révolution pour les millions de personnes dans le monde qui sont exposées à la tuberculose, maladie respiratoire potentiellement mortelle en l’absence de traitement. L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) vient d’approuver un nouveau test de diagnostic rapide.

Ce test "d'amplification des acides nucléiques" (ou test « moléculaire ») permet désormais de dépister la tuberculose en moins de deux heures, contre 7 à 10 jours jusqu’à présent. Il dépiste latuberculose, la tuberculose multirésistante et la tuberculose associée au VIH.

Un test diagnostic de la tuberculose rapide et simple

Rapide, il est également simple, c’est-à-dire qu’il ne requiert pas d’équipement très spécialisé. Il peut donc être mis en œuvre dans la plupart des laboratoires dans le monde.

Reste la question du prix de ce test, essentielle pour qu’il puisse être utilement et largement employé par les populations concernées. Déjà, une baisse de 75% du prix de la part du fabricant Cepheid, a été obtenue par la Foundation for Innovative and New Diagnostics, laquelle a contribué au développement du test. Ainsi, plus de 110 pays dans le monde pourront bénéficier de ce tarif préférentiel.

La tuberculose

Rappelons que la tuberculose est une maladie hautement contagieuse qui est due au bacille de Koch, une bactérie qui s’attaque essentiellement aux poumons. Peu fréquente dans les pays riches, la tuberculose sévit surtout dans les pays aux conditions socio-économiques difficiles. Le traitement repose sur la seule prise d’antibiotiques, et ce, pendant de longs mois afin de diminuer le risque de résistance. Encore faut-il dépister la maladie et avoir accès aux antibiotiques… C’est ainsi qu’en 2009, cette maladie a été l'origine d'1,7 million de décès.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Organisation mondiale pour la santé (OMS), 8 décembre 2010.