Trop faim ! Comment se couper l'appétit ?
Sommaire

Quels sont les compléments alimentaires qui sont dangereux ?

Ceux qui contiennent :

  • de l’éphédra, plante chinoise agissant sur le système nerveux et interdite en Europe depuis 2002, mais que l’on trouve dans des produits vendus sur Internet.
  • du zeste d’orange amère (citrus aurantium) qui est riche en synéphrine.

     

    Comme l’éphédra, la synéphrine est dangereuse pour le cœur.

  • du garcinia cambodgia, plante indonésienne, et de l’oodia gordonii (vendu sur Internet sous le nom de « cactus coupe-faim ») qui peuvent susciter de graves troubles musculaires, des atteintes hépatiques, cardiaques et neurologiques

 

Ces trois dernières plantes ont été interdites en juin 2012 par l’ANSM, de même que 26 substances, dont la synéphrine, dans les préparations magistrales et hospitalières. Mais elles ne le sont pas dans les compléments alimentaires.

 

Cette interdiction devrait vous dissuader de consommer ces produits, même si, surtout sur Internet, leurs vendeurs proclament l’absence de dangers !

Que penser des remplisseurs d’estomac ?

Mucilages, fibres, gommes, pectines, algues : ils sont en poudre ou en gélules et ont le pouvoir d’absorber 50 à 100 fois leur poids en eau.

On en avale avec un grand verre d’eau et, hop ! ça gonfle et ça remplit une partie de l’estomac. Ca coupe momentanément la sensation de faim et on se sent ensuite plus vite rassasié. En plus, ils absorbent une petite partie des sucres et des graisses qui ne sont pas assimilées, c’est toujours ça de gagné !

Mais pas sans inconvénients ni dangers !

Ballonnements et diarrhées sont souvent au rendez-vous de ces modérateurs d’appétit.

De plus, ils captent en même temps les vitamines liposolubles (A, D et E) : comme on a beaucoup tendance à manquer de vitamine D, surtout en hiver, ça n’est pas vraiment recommandé.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :