Les traitements du cancer sont en pleine révolution

Président du groupe UNICANCER et directeur général de l’Institut Bergonié (Centre de lutte contre le cancer de Bordeaux), le Pr Josy Reiffers évoque la révolution en cours des traitements de cette maladie.
© getty

Hopital.fr : Dans quelle mesure la radiologie interventionnelle pourrait-elle se développer en substitution de la chirurgie ?

Pr J. Reiffers : La radiologie interventionnelle utilise les techniques d’imagerie (scanner, IRM) pour des actes moins invasifs pour les patients. Au lieu d’ouvrir l’abdomen ou le thorax, le médecin radiologue accède à la tumeur avec une aiguille et la détruit par un courant électrique (radiofréquence), produisant de la chaleur (thermoablation) ou par le froid (cryoablation). La radiologie interventionnelle se fait sous anesthésie générale, mais le plus souvent en ambulatoire (le patient peut repartir le soir même).

Il s’agit d’une véritable alternative à la chirurgie pour le traitement des métastases du poumon et du foie, pas trop volumineuses et accessibles.

Pour pratiquer la radiologie interventionnelle, les établissements doivent disposer de médecins radiologues spécifiquement formés et dédier un appareil d’imagerie à cette activité, laquelle est bien moins rentable que la radiologie courante… Et très mal prise en charge par l’Assurance Maladie.

Hopital.fr : Le nombre de séances de radiothérapie nécessaires au traitement des cancers va-t-il diminuer ?

Pr J.R. : Oui, cela devrait être le cas pour de nombreux cancers du poumon, du sein et de la prostate.

Aujourd’hui, après l’intervention chirurgicale, 30 à 40 séances de radiothérapie sont souvent nécessaires à raison d’une par jour, obligeant le patient à venir quotidiennement à l’hôpital. Or, des études montrent que la même dose de radiothérapie pourrait être fractionnée en 10 séances seulement, avec une efficacité au moins égale. Plusieurs semaines de traitement seraient épargnées au patient.

La radiothérapie est aussi de plus en plus précise, la zone à irradier étant définie par des logiciels informatiques de plus en plus sophistiqués.

Signalons par ailleurs que quelques grands CHU et la moitié des centres de lutte contre le cancer (CLCC) pratiquent une nouvelle technique pour le cancer du sein : la radiothérapie per-opératoire. Une seule séance de rayons est pratiquée au cours de l’intervention chirurgicale, et le résultat est aussi bon qu’avec plusieurs séances post-opératoires.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Hopital.fr. Propos recueillis par Catherine Holué
La rédaction vous recommande sur Amazon :