Le topiramate soulage la migraine

Cet anti-épileptique possède des mécanismes d'action multiples qui lui confèrent des propriétés intéressantes hors du domaine de l'épilepsie, notamment dans la migraine. Employé en tant que traitement de fond, son efficacité se confirme.
PUB

La migraine est une calamité pour les 7 millions de Français qui en souffrent. A côté des maux de tête occasionnels qui cèdent sous aspirine ou autres antalgiques, la vraie migraine à tendance chronique résiste et nécessite le recours à un traitement de fond. Ceux-ci font appel à différentes familles de molécules, comme les bêtabloquants, la dihydroergotamine ou certains anti-inflammatoires.Dans ce domaine de recherche sur les traitements préventifs de la maladie migraineuse, une substance récente utilisée comme anti-épileptique, le topiramate, confirme son efficacité contre la migraine.

PUB
PUB

L'action du topiramate a été testée durant 26 semaines chez 400 patients migraineux. Répartis en deux groupes, les uns recevaient un placebo, tandis que les autres bénéficiaient de topiramate à des doses allant de 100 à 200 mg par jour. Au terme de l'analyse, les auteurs constatent que les patients traités par l'anti-épileptique avaient deux fois moins de crises par mois que ceux sous placebo. Les patients ainsi soulagés consommaient deux fois moins de médicaments de crise, tels que de l'aspirine ou des triptans.

Les recherches sur cette molécule doivent se poursuivre, afin notamment de définir davantage le rapport bénéfices/risques comparé aux autres traitements de fond habituellement utilisés. Si son efficacité est prouvée avec un minimum d'effets secondaires, le topiramate pourrait venir élargir l'éventail de traitements à offrir aux patients souffrant de cette affection qui handicape la vie familiale, sociale et professionnelle.

Pour tester vos connaissances sur la migraine, cliquez ici. Pour tester vos connaissances sur l'aspirine, cliquez ici.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 03 Mars 2004 : 01h00
Source : Brandes J.L. et coll., J. Am. Med. Association, février 2004.