Stérilisation définitive : deux méthodes pour obstruer les trompes

La stérilisation à visée contraceptive est un véritable engagement car à travers cet acte, une femme renonce à toute maternité future. La décision d'une stérilisation doit donc être soigneusement réfléchie. Quelles sont les techniques possibles ?
PUB

Stérilisation par ligature des trompes

Cette opération de stérilisation consiste à placer un clip ou un anneau sur chaque trompe ou à pratiquer une coagulation des trompes.

On procède par coelioscopie, c'est-à-dire qu'un petit tube muni d'une caméra est introduit par une petite incision dans le nombril afin de visualiser les trompes, tandis que des instruments miniatures sont introduits par une petite incision au-dessus du pubis afin d'aller obstruer les trompes. Cette intervention peut aussi se faire par voie vaginale. Elle nécessite une anesthésie générale, une hospitalisation de 24 à 48 heures suivie d'une semaine d'arrêt de travail.

PUB
PUB

Elle a aussi l'inconvénient de laisser des petites cicatrices et s'accompagne d'un léger risque opératoire. Elle peut également se réaliser lors d'une césarienne, si le couple le décide.

Stérilisation non chirurgicale : l'hystéroscopie

Cette technique de stérilisation est disponible depuis 2002. De plus en plus pratiquée en France, elle consiste à poser un micro-implant dans chaque trompe, en passant par les voies naturelles (hystéroscopie). Elle se pratique donc en ambulatoire, sans anesthésie générale, sans incision, sans hospitalisation, avec un retour aux activités quotidiennes le jour même de l'intervention, laquelle dure une quinzaine de minutes.

L'implant se présente sous la forme d'un petit ressort qui, une fois mis en place dans la trompe, prend la forme de celle-ci. Les fibres de polyéthylène qui sont présentes dans l'implant provoquent ensuite une réaction tissulaire aboutissant à l'obstruction définitive des trompes dans un délai de trois mois. La stérilisation n'est donc effective que trois mois plus tard, ce qui impose d'utiliser encore une méthode contraceptive durant ce laps de temps. Le bon positionnement de l'implant est précisément contrôlé par radiographie pelvienne trois mois après l'intervention.

Le principe de cette méthode est donc le même que celui de la ligature des trompes : les boucher pour empêcher que les spermatozoïdes n'aillent féconder l'œuf. La différence est qu'au lieu d'atteindre les trompes par de petites incisions sur l'abdomen, ce sont les voies naturelles qui sont empruntées (vagin puis utérus).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 18 Février 2008 : 01h00
Mis à jour le Mercredi 06 Juillet 2016 : 13h13
Source : Conférence de presse Essure®, 6 février 2008.