Somnolence diurne excessive : de fréquentes envies de dormir durant la journée

© Adobe Stock

Méconnue et sous diagnostiquée, la somnolence diurne excessive est pourtant très fréquente et handicapante dans la vie quotidienne. De plus, cette lutte pour maintenir un niveau d'éveil suffisant pour effectuer des tâches communes est source d'accidents graves.

PUB

La somnolence diurne excessive est très fréquente

La somnolence diurne excessive se manifeste par des endormissements involontaires au cours de la journée, plus ou moins contrôlables.

Elle génère une sensation subjective de mauvaise vigilance et nécessite de lutter pour résister à l'envie de dormir et pour maintenir un niveau d'éveil suffisant à l'exécution des activités quotidiennes. C'est par ailleurs le symptôme principal de la narcolepsie.

Contrairement aux insomnies, les patients se plaignent rarement de somnolence diurne. Or elle affecte considérablement la qualité de vie, avec une diminution des performances scolaires et professionnelles, et peut entraîner de graves conséquences.

PUB
PUB

Selon une enquête nationale datant de 2011 (INVS/MGEN), un Français sur 5 se sent somnolent au moins trois fois par semaine, même après une bonne nuit. A noter que les femmes et les ronfleurs se sentent plus souvent somnolents. Enfin, 7% des somnolents s’endorment la journée au moins 3 fois par semaine sans pouvoir résister, voire tous les jours pour 4% d’entre eux.

Cette affection n'est pas sans conséquence puisque 3 % des Français ont reconnu avoir somnolé au volant au cours des douze derniers mois (et en moyenne 3,4 fois). Or seuls deux sur trois se sont arrêtés pour se reposer, alors que ce symptôme multiplie par huit le risque d'accident...

En plus d'être un facteur de risque d'accident grave, la somnolence diurne excessive est un symptôme révélateur d'éventuels troubles respiratoires du sommeil, en particulier les apnées du sommeil.

Somnolence diurne excessive : une dette importante de sommeil

Dans la majorité des cas, et particulièrement chez les adolescents, ce symptôme résulte d'une dette de sommeil (un quart des jeunes sont en dette de sommeil selon le Baromètre santé jeunes 2010 de l’Inpes et 8 % somnolent régulièrement pendant la journée).

Une bonne façon de le vérifier est de comparer le nombre d'heures de sommeil en période de travail à celui pendant les vacances.

Publié le 20 Septembre 2005 | Mis à jour le 09 Janvier 2014
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Le Quotidien du médecin, 6 septembre 2005.