Sigmoïdite et diverticulose : symptômes et traitements

Publié le 08 Janvier 2019 par La Rédaction E-Santé
La sigmoïdite ou diverticulose est une anomalie intestinale qui peut s’aggraver. La sigmoïdite aiguë est parfois suivie de complications. Il est important de consulter en cas de troubles du transit, accompagnés de douleurs dans la fosse iliaque gauche et de fièvre.
PUB
© Istock

Sigmoïdite : définition

La sigmoïdite est aussi appelée diverticulite sigmoïdienne ou encore diverticulose. Il s’agit d’une anomalie du gros intestin que l’on rencontre fréquemment, le nombre de cas augmentant avec le vieillissement. Au moins 1 personne de plus de 60 ans sur 3 présente une diverticulose. La diverticulose sigmoïdienne se définit par la présence de plusieurs hernies au niveau de la paroi intestinale. L'exploration de cette paroi laisse apparaître de petites cavités, sortes de poches que l'on appelle les diverticules. Les selles en formation se nichent dans les diverticules. Elles y stagnent pendant plusieurs jours, puis finissent par se dessécher. Elles forment alors un excrément fossilisé nommé coprolithe ou calcul stercoral.

Sigmoïdite : complications

Lorsqu’elle s’aggrave, la diverticulose colique peut entraîner une infection abdominale. Plus rarement, le patient peut souffrir d’une sténose du côlon responsable à plus ou moins long terme d’une occlusion colique. Les autres complications peuvent être une hémorragie conséquente, une péritonite due à la rupture d’un diverticule ou encore une fistule. Les complications d’une diverticulite sigmoïdienne sont presque toujours d’origine infectieuse, du fait de la stagnation des matières fécales dans l'intestin.

PUB
PUB

Sigmoïdite et diverticulose : symptômes

Dans 7 cas sur 10, la sigmoïdite est asymptomatique, c'est-à-dire qu'elle n'entraîne aucun symptôme. Dans les autres cas, les patients se plaignent d'une gêne au quotidien, voire de douleurs abdominales plus ou moins importantes, et risquent une complication. Les principaux symptômes d'une sigmoïdite aiguë sont des maux de ventre localisés au niveau de la fosse iliaque gauche, évoquant une appendicite gauche même si le terme est inapproprié. Ces douleurs plus ou moins prononcées sont généralement accompagnées de fièvre, de constipation ou plus rarement de diarrhée. Le bilan sanguin met en évidence une augmentation du nombre de leucocytes (globules blancs), que l’on appelle leucocytose. Un syndrome inflammatoire est également mis à jour par un bilan sanguin. Quant au scanner, il permet de confirmer la complication infectieuse de la sigmoïdite. Certains patients présentant une diverticulose ressentent uniquement les symptômes d’une colopathie fonctionnelle, à savoir un trouble du transit installé accompagné de douleurs abdominales.

Sigmoïdite et diverticulose : traitement

La sigmoïdite résulte d’une anomalie. Sa prise en charge permet surtout d’éviter les complications liées aux diverticules. Le traitement dépend de la sévérité des complications et de l’état de santé du patient. L’intervention par cœlioscopie permet de traiter nombre de cas. Cependant, la récidive est possible, notamment chez les patients de moins de 50 ans et lorsque les lésions dues à une diverticulose sont sévères.

Source : Diverticulose colique, Société Nationale Française de Gastro-Entérologie 1999
Traitement de la diverticulite sigmoïdienne, Revue Médicale Suisse 2009