Sida : traitement à simplifier !

Près de 42% des patients français séropositifs traités sont en échec thérapeutique. La principale raison venant d'une mauvaise observance au traitement, de nombreux spécialistes plaident en faveur d'une prise quotidienne unique des antirétroviraux.
PUB

Des études ont démontré l'existence d'une relation très nette entre les chances de succès d'une thérapeutique et l'adhésion au traitement. Or, plus de 50% des patients ne le suivent pas complètement à long terme.Les facteurs de non-observance identifiés par les cliniciens sont :

PUB
PUB
  • l'apparition d'effets secondaires ;
  • la durée étendue du traitement, menant à une lassitude ;
  • la complexité des traitements : nombre important de comprimés à prendre, fréquence élevée, intervalles précis à respecter entre les prises.

Selon une analyse regroupant 76 études, plus les prises médicamenteuses antirétrovirales sont nombreuses durant la journée, moins les patients adhèrent correctement à leur traitement. Pour le Dr Roland Landman de l'hôpital Bichat à Paris, 79% des séropositifs sont observants si la prise quotidienne de comprimés est unique, contre 51% chez ceux ayant quatre prises par jour.

Les patients eux-mêmes expriment leur préférence pour une mono-prise, la jugeant mieux adaptée à leur mode de vie. De plus, cette simplification participe à éviter d'éventuels oublis.

Les problèmes de toxicité des médicaments et d'apparition de résistances ne seront certes pas résolus pour autant, mais une telle prise quotidienne unique représente une solution pour faciliter l'observance.

Publié le 26 Février 2003
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Congrès organisé à Paris par le laboratoire Bristol-Myers Squibb, " Quels bénéfices les patients peuvent-ils attendre des schémas thérapeutiques simplifiés dans le sida ? ", 600 cliniciens et virologues français, modérateur, Jean-François Delfraissy, Hôpital Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre, janvier 2003.