Sida : tout savoir sur le dépistage du VIH

Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) affaiblit le système immunitaire et conduit à plus ou moins long terme à l'apparition du syndrome de l'immunodéficience acquise ou Sida. Dépister l'infection par le VIH précocement est capital pour mettre en place une prise en charge avant que la maladie Sida ne se déclare. Concernant le dépistage, la Haute autorité de santé (HAS) vient de modifier certaines recommandations.
Publicité

Le test de dépistage du VIH retenu est l'Elisa combiné

Le dépistage repose sur la détection des anticorps dirigés contre le VIH à partir d'une prise de sang. Il est désormais recommandé de n'utiliser qu'une seule technique, contre deux auparavant. Le test dénommé " Elisa combiné " est reconnu comme étant le plus performant au début de l'infection. C'est donc lui seul qu'il faut utiliser. Un résultat négatif à ce test de dépistage signifie une absence d'infection par le VIH, excepté dans le cas d'une exposition supposée au VIH datant de moins de 6 semaines. En revanche, si l'analyse est positive, elle doit être confirmée par un autre test (test dénommé Western Blot) réalisé à partir du même prélèvement sanguin. Si la positivité est confirmée, un second prélèvement sanguin doit être réalisé afin d'éliminer une erreur d'identité. La remise des résultats doit être confidentielle et réalisée par un médecin au cours d'une consultation spécifique ou par le biologiste si le test de dépistage a été réalisé sans prescription, à la demande du patient.

Publicité
Publicité

Le délai d'annonce de séronégativité est de 6 semaines

La période de suivi après une exposition à risque avant l'annonce d'une séronégativité a été raccourcie de 3 mois à 6 semaines. Autrement dit, une personne est considérée comme non infectée par le VIH en cas de résultat négatif au test Elisa combiné, 6 semaines après l'exposition supposée. Toutefois, il est toujours recommandé de consulter en urgence après une prise de risque (dans un délai de moins de 48 heures officiellement, mais dès que possible dans les faits car chaque heure compte), car un traitement préventif de l'infection peut être prescrit. Dans ces conditions, en cas de traitement post-exposition, le test doit toujours être réalisé 3 mois après l'arrêt du traitement.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 03 Novembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 28 Novembre 2014 : 10h15
Source : Communiqué de presse de la Haute autorité de santé (HAS), 22 octobre 2008.