Se séparer sans blesser
Sommaire

" Je souffre quand tu souffres "

Une séparation est souvent vécue comme un échec en soi, comme la révélation d'une faillite : celle du couple. Si elle blesse ou déstabilise forcément, beaucoup de parents nient leur douleur propre pour protéger leur enfant.

Seulement, pour être mis en confiance, chaque enfant a besoin de sentir une cohérence entre la parole et l'attitude de ses parents. Si cette cohérence semble déficiente, l'enfant, véritable éponge émotionnelle, le sentira et, sans les mots, angoissera. Être triste fait partie du spectre des émotions. Exprimer ses ressentis, c'est autoriser l'enfant à le faire à son tour.

" Maman, j'aime pas mon nouveau papa... "

« Ce genre de refus est fréquent mais généralement passager. Il cache souvent l'expression d'un mal-être lié à une certaine nostalgie du temps passé. Il équivaut en quelque sorte à une période de transition où l'enfant apprend peu à peu à se reconstruire via l'opposition et la négation du nouveau modèle proposé.

Quoi qu'il en soit, un enfant ne doit pas être grondé parce qu'il affirme son ressenti, ses déceptions. Il a le droit d'apprécier ou de rejeter cette nouvelle personne qui partage désormais sa vie. Toutefois, en retour, il doit comprendre que lui aussi doit renoncer à sa toute-puissance et respecter le choix de ses parents. »

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Psychoenfants, janvier/février 2007.