Se respecter soi-même, c'est important

Publié le 16 Juillet 2007 à 2h00 par Dr Catherine Solano
Respect, c'est un mot qui revient souvent. J'ai envie de me sentir respecté par mon entourage. Mais ne faudrait-il pas déjà donner l'exemple et savoir se respecter soi-même… ?
© Istock
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Se respecter soi-même, c'est important

Respect, c'est un mot qui revient souvent dans des phrases telles que : « il faut respecter les autres… » ou « J'ai envie de me sentir respecté(e) ».

Mais ne faudrait-il pas déjà donner l'exemple et savoir se respecter soi-même ?

Les comportements passifs sont négatifs

Vous êtes dans une grande surface et vous faites la queue. Quelqu'un derrière vous vous demande tout à coup : " Est-ce que vous me laisseriez passer devant vous, je n'ai pas grand-chose dans mon chariot et je suis pressé(e) ". Vous laissez cette personne passer. Que se passe-t-il dans votre tête ? Vous aviez tout votre temps et vous êtes content(e) de rendre service ? Alors, tout va bien. Mais si vous aussi étiez pressé(e) et que vous avez laissé faire cette personne parce que vous n'avez pas osé protester, alors la situation n'est pas excellente pour vous.

Le manque d'affirmation est nocif pour soi

Vous avez eu un comportement passif qui est dans le fond très négatif. Il signifie d'abord que vous ne savez pas suffisamment vous affirmer. Et cela, c'est très nocif pour vous. D'abord parce que cela signifie que vous agissez peut-être souvent comme si vous pensiez : « Je ne suis pas quelqu'un d'important. Mon temps ne compte pas. N'importe qui, même quelqu'un que je ne connais pas, est plus important que moi. Je ne vaux pas la peine que l'on me prenne en compte. Mes sentiments ne sont pas importants. Je suis prêt(e) à les cacher pour que les tiens soient satisfaits». C'est tout cela que cache cette attitude. Et c'est bien plus grave qu'un banal incident de la vie de tous les jours.

Apprendre à se faire respecter

Quand on agit en niant à soi-même ses propres sentiments, en faisant comme s'ils ne comptaient pas, on finit par penser comme on agit. On finit par penser que l'on ne compte pas et qu'il vaut toujours mieux laisser passer les autres devant. Eux le méritent et nous non ! C'est très toxique car cela revient progressivement à se mépriser soi-même. L'affirmation de soi possède donc beaucoup d'importance, non seulement pour pouvoir prendre sa place dans le monde, mais aussi pour se donner à soi-même, dans sa propre tête, une place importante.

Car si l'on ne se respecte pas soi-même, comment pourrait-on se faire respecter par les autres, et comment pourrait-on même s'aimer ?

S’affirmer, c’est mieux savoir se faire aimer

Si vous vous manquez de respect à vous même, vous donnez un mauvais exemple. C’est comme si toute votre attitude proclamait : moi, vous n’avez pas besoin de me respecter. Alors, votre entourage risque d’avoir tendance à profiter de vous, à vous respecter de moins en moins. Et cela peut devenir grave, parce qu’il n’existe pas d’amour sans respect. A ne pas vous faire respecter, vous incitez votre entourage à moins vous aimer… Alors, vous respecter, c’est affirmer que vous êtes un être digne d’amour ! Voilà pourquoi c’est capital.

S'affirmer permet aussi de lutter contre la dépression...

Et puis, une chose est certaine. C'est que les personnes ayant un comportement de non-respect de soi, un manque d'affirmation important, sont beaucoup plus souvent sujettes à la dépression.

Apprendre à s'affirmer est donc une méthode « antidépressive ».

C'est en quelque sorte une mesure d'hygiène mentale. Alors, si dans une queue de grande surface, à la caisse, il vous est déjà arrivé de ne pas vous faire respecter, apprenez à le faire. Pour cela commencez par penser à ce que vous auriez dû répondre. Répétez-le dans votre tête pour le tenir prêt à servir en cas de besoin. Tournez-le de manière à rester correct(e) et respectueux(se). Car ce qui empêche souvent de dire « Non, je suis désolé(e), j’aurais aimé vous rendre service, mais moi aussi, je suis très pressé(e) », c'est la peur de manquer de correction, de respect envers l'autre. Un comble quand on s'aperçoit que l'on en arrive à respecter plus que soi-même quelqu'un qu'on ne connaît pas.