Sclérose en plaques : le vaccin contre l'hépatite B innocenté !

Entre 1995 et 1997 le vaccin contre l'hépatite B a été accusé de provoquer la sclérose en plaques. Sans preuve formelle, mais par mesure de précaution, le secrétaire d'Etat à la Santé décidait en 1998 d'arrêter la vaccination systématique dans les écoles, attisant alors les inquiétudes et renforçant les adversaires de la vaccination. Aujourd'hui une étude franco-canadienne et une étude américaine viennent simultanément d'innocenter le vaccin. Les polémiques vont-elles s'arrêter là ? Pas si sûr !
Publicité

La publication de deux études vient d'innocenter le vaccin contre l'hépatite B, sujet d'une polémique depuis 1995. En effet, leurs résultats démontrent que la vaccination n'augmente pas le risque de développer la sclérose en plaque, une maladie grave du système nerveux central. Par ailleurs, elle ne stimule pas à court terme les poussées de cette pathologie chez les personnes prédisposées ou déjà atteintes. Au même titre que l'immunisation contre l'hépatite B, aucune relation n'est observée avec les vaccinations contre le tétanos ou la grippe.

Publicité
Publicité

Ces résultats devraient rassurer les personnes qui bénéficient de ces vaccins et celles qui souffrent de la sclérose en plaque, sans oublier leur médecin ! Concrètement, il faut souhaiter que la vaccination systématique reprenne chez les enfants et les adolescents. Les parents ne doivent pas hésiter pas à la demander à leur médecin. N'oublions pas que l'hépatite B est une maladie grave, responsable à long terme de cirrhoses et de cancers du foie.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 05 Février 2001 : 01h00
Source : Communiqué de Presse, 31 janvier 2001. New England Journal of Medecine, 28 janvier 2001.