Santé des yeux : les différents types de scotome

Publié le 09 Janvier 2019 par La Rédaction E-Santé
Scotome arciforme, points noirs, taches lumineuses… Ces troubles de la vision appelés scotomes sont regroupés au sein de quatre grandes familles. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Comment ces troubles se manifestent-ils, et par quoi sont-ils causés ? On fait le point sur cette atteinte à la santé de nos yeux.
PUB
© Istock

Scotome : qu’est-ce que c’est ?

Le terme de "scotome" désigne un ensemble de troubles de la vision. Ces troubles sont généralement caractérisés par l’apparition soit de petits points ou de taches noires, soit au contraire de taches très lumineuses et éblouissantes qui s’apparentent à un flash d’appareil photo. Un scotome correspond finalement à un défaut de certains points de vision, une sorte de lacune dans le champ visuel, qui peut être plus ou moins étendue selon le degré d’évolution. De manière générale, un scotome est dû à des zones de la rétine qui seraient devenues insensibles à la suite d’une maladie par exemple. Certains scotomes peuvent parfois être eux-mêmes symptomatiques de certaines pathologies.  

Quels sont les quatre grands types de scotomes ?

Tous les différents types de scotomes sont susceptibles de toucher uniquement un œil, ou les deux à la fois. Le premier, le scotome central, se caractérise par l’apparition d’une tache noire dans le champ visuel. En réalité, le patient perd la vision au centre du champ, mais va conserver l’image de cette tache noire au niveau de sa vision périphérique. Ensuite, on parle d’hémianopsie lorsque le patient souffre d’une perte de vision au niveau d’un des deux côtés du champ visuel. En revanche, il conserve dans ce cas une vision centrale intacte. Le troisième type de scotome est dit mobile. C’est sans doute le type de scotome le plus fréquent, qui peut survenir chez tout le monde un jour ou l’autre. Il se caractérise par l’apparition de plusieurs petits points noirs qui bougent à chaque mouvement de tête. Le scotome mobile est bien souvent sans gravité, et ne doit pas vous inquiéter outre mesure. Enfin, le scotome scintillant traduit une sorte d’éblouissement, une tache lumineuse qui va persister une trentaine de minutes. Ces manifestations peuvent survenir plusieurs fois par jour et s’accompagner de céphalées.

PUB
PUB

Par quoi peuvent être causés ces différents types de scotomes ?

Le scotome central peut résulter d’une atteinte du nerf optique, elle-même occasionnée par un virus ou une maladie inflammatoire par exemple. Ce type de scotome peut aussi trouver son origine dans une dégénérescence maculaire entraînant une perte progressive de la rétine. On parle dans ce cas de DMLA. Ensuite, l’hémianopsie peut être le signe d’un AVC ou d’un accident vasculaire du nerf optique ou encore de la rétine. On parle dans ce dernier cas de thrombose de l’œil, un trouble qui ne touche qu’un œil sur deux. Le scotome mobile peut, quant à lui, être causé par une rétinopathie diabétique, un traumatisme à la tête, ou encore des cas d’hypertension artérielle par exemple. Enfin, la forme scintillante du scotome peut résulter d’un état migraineux, de troubles circulatoires au niveau cérébral, ou encore d’un décollement du vitré.

Source : Les symptômes et le diagnostic de la DMLA, Ameli.fr, 8 novembre 2018