Résistances aux traitements anti-VIH, des chiffres inquiétants

Une étude menée aux Etats Unis, par des chercheurs californiens, montre que près de 80% des séropositifs pour le virus du Sida sont porteurs de formes résistantes aux médicaments antirétroviraux. Ces résultats posent la question de la pérennité des trithérapies, qui jusqu'ici avaient fait leurs preuves.
PUB

Les antirétroviraux ont apporté une avancée thérapeutique majeure dans le traitement du Sida. Ces médicaments, capables de ralentir la multiplication du virus, ont été administrés depuis quelques années sous la forme de trithérapies (association de trois médicaments agissant contre le virus) de façon à conjuguer leurs effets. Le succès de ces trithérapies a été tel qu'il a permis de sauver de nombreuses vies et a contribué à un net recul de l'épidémie dans les pays occidentaux. Malheureusement, les résistances aux antirétroviraux deviennent de plus en plus fréquentes. C'est ce que montre une étude réalisée par une équipe de chercheurs californiens.

PUB
PUB

Des résultats inquiétants

1.647 échantillons de plasma sanguin ont été tirés au hasard parmi ceux des 209 000 sujets séropositifs aux Etats-Unis. Leur analyse a montré que 78% d'entre eux contenaient des virus résistants. Ces résultats sont inquiétants et pourraient remettre en question l'efficacité des trithérapies dans l'avenir.

A quoi sont dues ces résistances ?

Les résistances découlent des propriétés intrinsèques du virus HIV,qui,comme celui de la grippe et bien d'autres,se caractérise par sa très grande variabilité génétique. Cela signifie que la séquence de son génome peut se modifier très fréquemment, augmentant par là même sa capacité à résister à tel ou tel médicament antirétroviral.

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 14 Janvier 2002 : 01h00