Reins : alerte sur un produit de dialyse qui aurait pu causer des décès prématurés

© Adobe Stock

Les personnes traitées avec un produit de dialyse au citrate présenteraient une surmortalité élevée, selon une étude révélée par Le Monde.

PUB

Le liquide de dialyse au citrate se retrouve au cœur d’une nouvelle alerte sanitaire. Selon une étude révélée le 4 décembre 2018 par le journal Le Monde, des centaines de personnes souffrant d’une maladie du rein et traitées par dialyse au citrate auraient pu mourir de façon prématurée. Ce traitement est en effet suspecté d’avoir entrainé des effets cardio-vasculaires mortels et donc des décès prématurés.

Surmortalité chez 40% des personnes traitées

Cette alerte découle d’une étude rétrospective qui s’appuie elle-même sur les données du registre national Réseau Epidémiologique et Information en Néphrologie (REIN), présentée le 3 octobre dernier au congrès de la Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation (SFNDT). Selon ces travaux, 40% des personnes traitées avec le liquide de dialyse (ou dialysat) au citrate présenteraient une surmortalité par rapport à celles traitées avec d’autres produits de dialyse comme par exemple l’acide chlorydrique (HCl). "Les centres qui ont utilisé le citrate ont une surmortalité, ceux qui ont utilisé le HCl ont une baisse de mortalité" a indiqué au Monde la docteure Lucile Mercadal, néphrologue et épidémiologiste à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui a piloté l’étude.

PUB
PUB

Réunion d’urgence à l’ANSM

En France, plus de 20% des 47 000 personnes souffrant d’insuffisance rénale terminale traitées par dialyse recevraient un dialysat au citrate. Alertée par l’association de patients Renaloo, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a convoqué une réunion d’urgence le 5 décembre pour décider de suspendre ou non la dialyse au citrate par principe de précaution. La présentation de l’étude devant le congrès de la SFNDT n’a pas été publiée et n’a pas été transmise à l’ANSM qui "s’étonne qu’aucun professionnel de santé n’ait songé à saisir l’agence".

Insuffisance rénale et dialyse

L’insuffisance rénale chronique correspond à une destruction progressive et irréversible des reins. Elle nécessite souvent le recours à un traitement par dialyse. Celle-ci remplace la fonction du rein malade, à savoir filtrer le sang pour en éliminer les déchets.

La technique la plus ancienne consiste à réaliser une dialyse péritonéale en introduisant une solution dans l’abdomen pour que des échanges se mettent en place avec les petits vaisseaux du péritoine puis à retirer ce liquide. La deuxième technique consiste en une hémodialyse, ou épuration extra-rénale. Elle utilise une machine extérieure au corps pour filtrer le sang grâce à des échanges entre le sang du malade et une solution de dialyse, par exemple un dialysat au citrate.

Publié le 05 Décembre 2018
Auteur(s) : Laurène Levy, journaliste santé
Source : Alerte sanitaire sur un produit utilisé pour la dialyse, Le Monde, 4 décembre 2018
La dialyse – Association Renaloo, mis à jour le 21 janvier 2013 

PUB
PUB

Contenus sponsorisés